Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Les anglicismes
Anglicismes morphologiques



Gagnant-gagnant

 

On emploie parfois la locution adjectivale gagnant-gagnant pour qualifier quelque chose qui est favorable à chacune des parties. Particulièrement utilisée dans les domaines de la gestion et de l’économie, cette locution est calquée sur l’anglais win-win. Formée sur le modèle de la locution française donnant(-)donnant, la locution gagnant-gagnant, qui est invariable, est acceptée dans l’usage et dans certains dictionnaires usuels; elle a d’ailleurs été adoptée en France par la Commission générale de terminologie et de néologie.

 

Même si la locution gagnant-gagnant est acceptable, d’autres formules peuvent la remplacer; selon les contextes, on peut dire que tout le monde (y) gagne, que tout le monde est gagnant ou que c’est avantageux, favorable ou profitable pour tous. On peut également utiliser l’expression sans perdant ou, dans un sens plus général, les adjectifs optimal ou idéal.

 

Exemples :

 

- C’était une situation gagnant-gagnant. (ou : une situation où tout le monde gagnait)

- Robert croit avoir trouvé une solution gagnant-gagnant à notre problème. (ou : une solution profitable pour tous)

- Nous pouvons difficilement refuser; c’est une proposition gagnant-gagnant. (ou : une proposition sans perdant)

- La négociation a été menée selon une logique gagnant-gagnant. (ou : une logique où tout le monde est gagnant)

- Tous les spécialistes s’entendent : il s’agit d’un accord gagnant-gagnant. (ou : d’un accord optimal)

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : novembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles