Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Le vocabulaire
Paronymes



Partial et partiel

 

Les adjectifs partial et partiel ont de nombreux liens de parenté. Ils font partie de la même famille de mots, puisqu’ils viennent tous les deux de l’adjectif latin partialis, ils se ressemblent au point de vue orthographique et phonétique et ils ont même déjà eu le même sens. En effet, partial et partiel ont coexisté pendant une certaine période avec le sens de « qui forme une partie ou qui porte sur une partie d’un tout ». Aujourd’hui, cependant, les sens de ces deux mots sont bien distincts.

 

L’adjectif partial est lié sémantiquement au mot parti, plus particulièrement à la locution parti pris. Il signifie « qui prend parti pour quelqu’un ou quelque chose sans souci d’équité ou d’objectivité ». Le nom correspondant à cet adjectif est partialité; dans le sens contraire, on parle d’impartialité et on emploie l’adjectif impartial. Notons que partial et impartial forment leur masculin pluriel en -aux.

 

Exemples :

 

- Martin a toujours été partial envers sa fille.

- Qui voudrait d’un juge partial?

- L’œuvre de ce documentariste est souvent partiale.

- Cet homme est reconnu pour ses opinions partiales et ses choix partiaux.

 

 

L’adjectif partiel, quant à lui, est lié sémantiquement aux noms part et partie plutôt qu’à parti. Il signifie « qui constitue une partie d’un tout ». C’est dans ce sens qu’on l’emploie dans le terme travail à temps partiel, qui désigne un travail dont la durée est inférieure à la normale. Partiel signifie également « qui se produit en partie » ou « qui concerne seulement une partie ». C’est dans ce sens qu’on l’emploie dans le terme élection partielle, qui désigne une élection ayant lieu en dehors des élections générales pour pourvoir un siège devenu vacant (on emploie également le nom féminin partielle pour désigner ce type d’élection).

 

Exemples :

 

- Les résultats partiels des élections sont encourageants.

- Ton total partiel est erroné.

- Mireille travaille à temps partiel dans cette boutique.

- Il y aura une éclipse de Lune partielle ce soir.

- Il n’a obtenu qu’un succès partiel.

- Il y aura des élections partielles dans trois circonscriptions la semaine prochaine.

 

 

Partial et partiel ont une difficulté orthographique et phonétique commune : le t s’y prononce comme un s. Pour en savoir davantage sur ce phénomène, vous pouvez consulter l’article Graphies du son [s]. Pour en savoir davantage sur le nombre du nom élection dans élection partielle, consultez l’article Élection. Notons enfin qu’on doit éviter d’employer biaisé dans le sens de « partial »; pour en savoir davantage à ce sujet, vous pouvez consulter l’article Biaisé.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles