Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La grammaire
La nouvelle grammaire > Les classes de mots et les groupes



L'adverbe et le groupe adverbial

 

La notion d’adverbe existait déjà en grammaire traditionnelle. Elle a cependant pris de l’importance en grammaire nouvelle puisqu’on inclut dans cette classe des mots très différents ayant des rôles variés.

 

Au point de vue du sens, l’adverbe peut exprimer, entre autres, le temps (hier, tard, toujours), le lieu (ici, loin, dehors), la quantité (trop, autant, davantage), l’affirmation (oui, certes, sans doute), la négation (non, jamais, nullement), la manière (bien, ainsi, lentement). Au point de vue morphologique, l’adverbe est un mot invariable. Il peut toutefois prendre des formes très différentes : l’adverbe peut être un mot simple comme ainsi, partout, beaucoup, ou un mot composé comme bien sûr, tout à fait, pas du tout, et enfin, il peut être formé avec le suffixe -ment, comme prudemment, assurément, vraiment. Autant par son sens que par sa forme, l’adverbe est une catégorie hétérogène.

 

L’adverbe est le noyau du groupe adverbial (souvent représenté par le symbole GAdv), dont il constitue souvent le seul élément. À ce noyau peut se joindre une expansion à gauche, qui est un autre adverbe en fonction de modificateur par rapport au noyau. Quelques adverbes pourront avoir une expansion à droite, qui sera un groupe prépositionnel (GPrép) ou une subordonnée complément de l’adverbe.

 

Exemples :

 

- Il parle fort.

 (Le GAdv est composé uniquement de l’adverbe fort.)

 

- Hier, j’ai dormi très tard.

 (Hier est un GAdv composé uniquement d’un adverbe, alors que le GAdv très tard est composé du noyau tard et d’une expansion, l’adverbe très en fonction de modificateur.)

 

- Contrairement à mes prévisions, rien de grave ne s’est produit.

(Le GAdv est composé du noyau contrairement et d’une expansion, le GPrép à mes prévisions en fonction complément de l’adverbe.)

 

- Lucie était tellement fâchée qu’elle en tremblait.

(Le GAdv est composé du noyau tellement et d’une expansion, la subordonnée qu’elle en tremblait complément de l’adverbe.)

 

 

Le GAdv peut avoir dans la phrase les fonctions syntaxiques suivantes : modificateur (du verbe, de l’adjectif, de l’adverbe), complément indirect et complément de phrase.

 

Exemples :

 

- Il réagit calmement.

(Le GAdv calmement est modificateur du verbe réagit.)

 

- Tu es trop timide.

 (Le GAdv trop est modificateur de l’adjectif timide.)

 

- Les enfants se comportent parfaitement bien.

(Le GAdv parfaitement est modificateur de l’adverbe bien.)

 

- Nicole ira ailleurs pour faire son doctorat.

(Le GAdv ailleurs est complément indirect du verbe ira.)

 

- Trop souvent, Jean n’assume pas ses responsabilités.

(Le GAdv trop souvent est complément de phrase.)

 

 

Le GAdv peut aussi tenir d’autres rôles qui débordent le cadre de la phrase. On trouve en effet des adverbes qui fonctionnent comme coordonnants, comme organisateurs textuels et comme modalisateurs.

 

Exemples :

 

- Tu termines tes devoirs et puis tu iras jouer.

(Le GAdv puis est coordonnant; il coordonne deux phrases.)

 

- Premièrement, nous étudierons les fonctions des mots.

(Le GAdv premièrement est organisateur textuel; il introduit une partie du texte.)

 

- Malheureusement, Diane n’a pas obtenu ce poste.

(Le GAdv malheureusement est modalisateur; il exprime le point de vue du locuteur sur ce qu’il dit.)

 

 

En nouvelle grammaire, la classe de l’adverbe comprend des mots très différents et on lui reconnaît des rôles syntaxiques variés.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles