Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La typographie
Mise en relief > Italique



Composition en romain

 

Par opposition à l’italique, le romain est le caractère ordinaire, le plus courant. Ses lettres droites aux traits perpendiculaires à la ligne, faciles à lire et à mettre en page, font du romain le « degré zéro » de la mise en relief. Toutefois, dans un texte composé en italique, par exemple un avant-propos, c’est le romain qui assure la mise en évidence : on écrit alors en romain ce qui serait habituellement en italique dans un texte en romain.

 

S’il existe plusieurs cas où l’italique est de mise, par exemple pour les titres d’œuvres, pour les mots et locutions en langue étrangère et pour les notes de musique, d’autres cas particuliers demandent le romain. Ainsi, les mots et locutions en langue étrangère qui sont devenus d’usage courant en français restent en caractères romains, de même que les termes de musique dièse, bémol, bécarre, mineur et majeur (l’italique utilisé ici sert uniquement à mettre ces mots en évidence).

 

Exemples :

 

- Le capitaine de l’équipe de baseball a fait son mea-culpa.

- Nous sommes a priori tous d’accord pour commander des sushis.

- Le do dièse est équivalent au bémol.

 

Les titres des ouvrages sacrés et de leurs parties restent également en romain, contrairement aux titres des autres ouvrages. Il en va de même pour les titres de lois, de décrets, d’arrêts, d’ordonnances et de règlements, sauf dans l’administration fédérale canadienne. Les noms des codes (Code typographique, Code civil, Codex, Code Napoléon, etc.) sont aussi composés en romain.

 

Exemples :

 

- L’histoire du péché d’Adam et Ève figure dans la Bible et dans le Coran.

- On trouve des précisions dans la Loi concernant la taxe sur les carburants.

- Le Code civil du Québec établit le droit commun.

 

Enfin, les autres cas suivants demandent le romain : les noms propres d’animaux; les noms propres de bâtiments; les noms propres d’organismes, d’organisations, de sociétés, de compagnies; les noms ou surnoms de personnes; les noms de marques et de produits commerciaux (sauf les noms de certaines créations de luxe telles : parfums, bijoux et vêtements haute couture); les noms de fêtes; et les noms de manifestations et de distinctions d’ordre commercial, culturel ou sportif, que ces noms propres de différents types soient en langue étrangère ou non.

 

Exemples :

 

- C’est Étoile qui a remporté le Grand Prix hippique, alors qu’on avait misé sur Frisky.

- Des membres de l'Association canadienne des entrepreneurs en couverture et son pendant américain, la National Roofing Contractors Association, se réuniront à l’édifice Marie-Guyart.

- Le Super Bowl a encore une fois connu un immense succès d’audience.

- Sur la photo, c’est celle qui a un Pepsi dans une main et un Kleenex dans l’autre.

- Ses efforts acharnés ont été récompensés par le prestigieux prix Fritz-Kutter.

 

 

Pour en savoir davantage sur les cas particuliers d’emploi du romain, vous pouvez consulter les articles Mots et expressions en langue étrangère, Notes de musique, Véhicules et Titres d’œuvres et de publications périodiques.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : janvier 2018

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles