Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La typographie
Mise en relief > Italique



- Nature et fonction de l'italique

 

L’italique est un caractère typographique penché vers la droite, selon un angle d’inclinaison variant de 12 à 15 degrés. Il contraste avec le romain, qui est un caractère droit. C’est cette fonction de contraste qui permet à l’italique de mettre en évidence des mots ou des passages et de les distinguer du reste du texte.

 

L’italique étant principalement destiné à la mise en évidence, il faut veiller à l’utiliser avec modération, car l’effet d’accentuation serait dilué s’il y en avait trop dans un texte. Par ailleurs, dans un texte entièrement composé en italique, par exemple une préface, c’est le romain qui assure la fonction de contraste.

 

Exemples :

 

- L’italique est un caractère légèrement incliné.

- Il contraste avec le romain, qui est un caractère droit.

- On utilise les caractères italiques pour la mise en évidence, les mots étrangers et les citations.

 

Sur le plan stylistique, ses formes souples qui rappellent l’écriture à la main donnent à l’italique une connotation de dynamisme et de sensibilité. Les caractères italiques sont donc tout désignés pour les écrits associés notamment à l’expression personnelle, à l’intimité, au langage parlé, au témoignage.

 

L’équivalent de l’italique dans un texte manuscrit ou en préparation de copie est le souligné; mais il arrive aussi qu’on choisisse de guillemeter ce qui figurerait en italique dans un document électronique ou dans un texte imprimé. Notons également qu’il y a concurrence entre l’italique et les guillemets dans certains emplois, tels que les citations, les mots étrangers non francisés, les néologismes et les titres d’œuvres. Afin d’éviter la confusion, on doit, à l’intérieur d’un même document, adopter une convention typographique et s’y tenir.

 

 

L’emploi du mot même italique peut causer quelques hésitations. Ce mot peut être un adjectif ou un nom masculin, qu’on emploie au singulier ou au pluriel. On dira par exemple le caractère italique, les lettres italiques, ou encore l’italique, les italiques. On dit aussi en italique(s), avec ou sans s.

 

Exemples :

 

- Dans un texte manuscrit, l’italique est remplacé par le souligné.

- C’est au début du XVIe siècle que les italiques ont été employés pour la première fois.

- Les citations sont composées en italiques. (ou : en italique)

 

 

Soulignons enfin que l’italique a été inventé par Alde Manuce, imprimeur vénitien qui vécut à la fin du XVe siècle et au début du XVIe siècle. Ce caractère s’est d’abord appelé cursive, puis lettres aldines (du nom de son créateur) ou lettres vénitiennes (par référence au lieu où ont été faits les premiers poinçons), puis italique, parce que Manuce venait d’Italie.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : janvier 2018

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles