Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La syntaxe
Les prépositions > Préposition après un verbe



Hésiter

 

Le verbe hésiter exprime un état d’incertitude qui empêche d’agir, de faire un choix. Dans ce sens, il peut être employé avec différentes prépositions selon le complément qui suit.

 

Devant un verbe à l’infinitif, hésiter se construit généralement avec la préposition à. On trouve aussi plus rarement hésiter pour, notamment là où l’emploi de la préposition à serait inapproprié. La construction hésiter de devant un infinitif est vieillie dans la langue courante; on la rencontre surtout dans la langue littéraire.

 

Exemples :

 

- N’hésitez pas à boire l’eau de l’hôtel; elle est potable.

- J’hésite à investir mon argent dans des fonds communs de placement.

- Il a passé un mois à hésiter pour savoir s’il allait acheter le chalet de son oncle. (plutôt que : Il a passé un mois à hésiter à savoir)

 

 

Devant un nom, le verbe hésiter peut se construire avec différentes prépositions. Les plus courantes sont dans, entre et sur; il est aussi parfois suivi de devant ou de quant à.

 

Exemples :

 

- Ce candidat semblait souvent hésiter dans ses réponses au cours de l’entrevue.

- Le matin avant d’aller travailler, j’hésite souvent entre deux tenues vestimentaires.

- J’hésite toujours sur l’orthographe du nom d’un vin blanc d’Alsace, le gewurztraminer.

- Line a hésité longtemps devant la possibilité qui s’offrait à elle de retourner aux études.

- Vous hésitez quant à votre choix de carrière? Les conseillers en orientation sont là pour vous!

 

 

La construction hésiter si suivi d’un verbe à l’indicatif appartient à la langue littéraire; dans la langue courante, on emploiera plutôt une expression comme se demander si.

 

Exemples :

 

- Éric se demande s’il va dire à sa conjointe qu’il a perdu beaucoup d’argent aux jeux de hasard. (plutôt que : Éric hésite s’il va dire à sa conjointe)

- Nous nous demandions si nous irions en voyage dans les Caraïbes cet hiver. (plutôt que : Nous hésitions si nous irions en voyage)

 

 

Hésiter peut également n’avoir aucun complément prépositionnel. Il exprime alors un état d’incertitude qui empêche de commencer une action, ou le fait de marquer cette incertitude par un temps d’arrêt dans l’action.

 

Exemples :

 

- Quand il s’agissait de l’éducation de ses enfants, ma mère a toujours dépensé sans hésiter.

- Pascal a finalement changé d’emploi après avoir longuement hésité.

- La timidité fait hésiter bien des gens quand vient le moment de prendre la parole en public.

- Il la vit sortir de l’aéroport, hésita un instant, et se mit à courir pour l’accueillir.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles