Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La grammaire
La nouvelle grammaire > Les classes de mots et les groupes



Le nom et le groupe nominal

 

En nouvelle grammaire, la notion de « nom » diffère peu de celle que l’on trouve en grammaire traditionnelle. Par contre, le groupe nominal (ou groupe du nom, souvent représenté par le symbole GN) est une nouveauté qui occupe une place importante dans la grammaire moderne.

 

Comme classe de mot, le nom possède des caractéristiques sémantiques (celles liées au sens du nom), morphologiques (celles qui touchent sa forme) et syntaxiques (celles concernant l’emploi du nom en phrase) qui le distinguent des autres classes.

 

Sur le plan sémantique, différentes oppositions permettent d’analyser les noms. On oppose ainsi : les noms animés (enfant, chat) aux noms inanimés (fer, table); les noms humains (père, Marie) aux noms non humains (chenille, arbre); les noms comptables (pomme, lettre) aux noms non comptables (farine, bonheur); les noms concrets (ordinateur, bruit) aux noms abstraits (vérité, fierté); les noms individuels (ami, feuille) aux noms collectifs (groupe, public). La distinction entre nom commun (neige, joie, sœur) et nom propre (Québec, Sophie, Pâques) existe toujours.

 

Sur le plan morphologique, le nom peut être de forme simple (garage, Michel, mot) ou de forme complexe (reconstruction, abat-jour, mal de tête). Le nom est également un mot variable en genre, puisqu’il est soit masculin (technicien, plafond), soit féminin (technicienne, fenêtre), et en nombre, puisqu’il peut être singulier (cheval, pied) ou pluriel (chevaux, préparatifs).

 

Sur le plan syntaxique, on reconnaît le nom au fait qu’il est très souvent accompagné d’un déterminant (un, la, cette, mon, quelques, etc.) auquel il donne son genre et son nombre. L’absence de déterminant est également possible; c’est le cas habituellement avec les noms propres et avec les noms communs dans différents emplois, par exemple pour thé dans une tasse à thé. Le nom donne aussi son genre et son nombre à l’adjectif, et il commande l’accord du verbe lorsqu’il fait partie du groupe sujet. Enfin, le nom est le noyau du groupe nominal.

 

On définit le groupe nominal comme un groupe syntaxique dont le noyau est un nom. Ce nom peut être accompagné d’une ou de plusieurs expansions qui auront toutes la fonction de complément du nom par rapport à ce noyau. Les expansions dans le GN peuvent être des groupes adjectivaux (GAdj), des groupes prépositionnels (GPrép), d’autres GN et des subordonnées relatives ou complétives. Le GN peut donc prendre des formes très variées.

 

Exemples :

 

- Paul

(Le GN est composé uniquement d’un nom propre, Paul.)

 

- mes intérêts

(Le GN est composé uniquement du noyau intérêts et de son déterminant, mes.)

 

- sa vie amoureuse

 (Le GN est composé du noyau vie, d’une expansion, le GAdj amoureuse et de son déterminant sa.)

 

- le livre du maître

 (Le GN est composé du noyau livre, d’une expansion, le GPrép du maître et de son déterminant le.)

 

- l’homme, cet inconnu

 (Le GN est composé du noyau homme, d’une expansion, le GN cet inconnu et de son déterminant l’.)

 

- la décision que tu as prise

 (Le GN est composé du noyau décision, d’une expansion, la subordonnée relative que tu as prise et de son déterminant la.)

 

- le fait qu’il soit parti

(Le GN est composé du noyau fait, d’une expansion, la subordonnée complétive qu’il soit parti et de son déterminant le.)

 

- le roman policier le plus connu de cet auteur

(Le GN est composé du noyau roman, de trois expansions, le GAdj policier, le GAdj le plus connu et le GPrép de cet auteur, et de son déterminant le.)

 

 

Quelles que soient sa forme ou sa complexité, le GN peut être remplacé par un pronom. La pronominalisation permet de délimiter le groupe nominal.

 

Exemple :

 

- Des amis de la famille possédaient cette magnifique maison de campagne depuis plusieurs années.

 

- Ils la possédaient depuis plusieurs années.

(Ils remplacent des amis de la famille et pas seulement des amis; la remplace cette magnifique maison de campagne et pas seulement cette magnifique maison.)

 

 

La présence d’expansions à droite du nom peut entraîner des erreurs dans l’accord du verbe avec le groupe nominal sujet; ces expansions faisant écran entre le noyau du GN, qui commande l’accord du verbe, et le verbe, on a tendance à accorder avec l’élément de l’expansion qui précède immédiatement le verbe plutôt qu’avec le noyau du GN.

 

Exemple :

 

- Les enfants de ma sœur chantent dans une chorale. (Le verbe chantent s’accorde avec le noyau du GN, enfants, et non avec sœur qui précède immédiatement.)

 

 

Enfin, le groupe nominal peut avoir différentes fonctions syntaxiques dans la phrase; il peut être sujet, complément direct, complément du nom, complément de phrase, attribut du sujet et attribut du complément direct.

 

Exemples :

 

- La pluie n’avait pas cessé.

(Le GN est en fonction sujet.)

 

- J’admirais les couleurs de l’automne.

(Le GN est en fonction complément direct.)

 

- Monique, une amie d’enfance, m’a rendu visite.

(Le GN est en fonction complément du nom.)

 

- L’après-midi, il fait la sieste.

(Le GN est en fonction complément de phrase.)

 

- Son frère est médecin à l’étranger.

(Le GN est en fonction attribut du sujet.)

 

- Ils ont nommé François directeur intérimaire.

(Le GN est en fonction attribut du complément direct.)

 

 

La notion de nom est la même en nouvelle grammaire qu’en grammaire traditionnelle.

 

 

Pour en savoir davantage sur le nom, vous pouvez consulter les articles apparaissant dans le sous-thème Le nom.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles