Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La syntaxe
Les prépositions > Préposition après un verbe



Parer

 

Le verbe parer a deux sens bien distincts en français qui ont chacun leur origine propre. Le sens de « préparer, arranger » vient du verbe latin parare, tandis que celui de « se défendre » vient du verbe parare employé en italien.

 

Lorsqu’il exprime l’idée de « préparer », parer est transitif direct, c’est-à-dire suivi d’un complément direct. Il signifie alors « apprêter quelque chose pour le rendre plus propre à un usage », en parlant notamment d’une viande, d’une peau, d’une étoffe, ou en marine, d’une embarcation. Ce verbe peut aussi signifier « orner », c’est-à-dire « embellir un lieu d’ornements ou une personne de beaux vêtements ou d’accessoires ». Enfin, au figuré, il peut signifier « attribuer une qualité, un sentiment, un titre à quelqu’un », et ce, souvent à tort. Dans ces deux derniers sens, au complément direct se joint un complément indirect introduit par la préposition de; on dira donc parer quelque chose de quelque chose.

 

Exemples :

 

- N’hésitez pas à demander à notre boucher de parer vos pièces de viande.

- Lors de la confection d’une ceinture, il est parfois nécessaire de parer le cuir, c’est-à-dire de l’amincir, pour faciliter sa malléabilité.

- Ils ont paré leur maison de fleurs à l’occasion de leur pendaison de crémaillère.

- Pour ce gala, des stylistes ont paré les vedettes des plus brillants bijoux.

- Ma nouvelliste préférée pare ses recueils d’innombrables descriptions imagées.

- Mon frère pare sa femme de toutes les vertus.

- La petite Lucie était parée d’une robe de princesse le jour de son anniversaire.

 

 

Les sens de « vêtir avec recherche » et d’« attribuer une qualité, un sentiment, un titre plus ou moins injustement » peuvent aussi être exprimés à la voix pronominale. Dans cet emploi, le verbe parer est aussi suivi de la préposition de.

 

Exemples :

 

- Marie s’est parée d’une robe de haute couture pour le lancement de son premier roman.

- Cet homme s’est paré d’un faux titre pour obtenir un emploi mieux rémunéré.

 

 

Employé avec l’idée de « se défendre », parer est utilisé en construction transitive directe lorsqu’il a le sens d’« éviter ou détourner un coup, un danger, une attaque ».

 

Exemples :

 

- Un bon boxeur sait comment parer tous les types de coups.

- Le gouvernement tentera par tous les moyens de parer la menace d’une récession.

 

 

Parer est transitif indirect lorsqu’il signifie « se protéger de »; il est alors généralement suivi de la préposition à, parfois contre. On le trouve notamment dans les locutions parer à toute éventualité « prendre toutes les précautions nécessaires » et parer au plus pressé « régler d’abord les problèmes les plus urgents ».

 

Exemples :

 

- Comment parer aux dangers de la surconsommation dans nos sociétés?

- Tu seras bien parée contre le froid avec ce manteau doublé de peau de mouton.

- Nous devrions tous avoir un peu d’argent de côté pour parer à toute éventualité.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles