Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La syntaxe
Les prépositions > Préposition après un verbe



Préjuger

 

Le verbe préjuger exprime l’idée générale d’« émettre un jugement ou une opinion sur quelque chose de façon prématurée ». Dans la langue courante, préjuger est généralement employé en construction transitive indirecte avec un complément introduit par la préposition de. Cet emploi s’est imposé dans l’usage notamment sous l’influence des expressions juger de et présumer de.

 

Exemples :

 

- Sans vouloir préjuger de cette enquête, nous attendons avec impatience la publication de ses résultats dès l’automne prochain.

- Ce documentaire laisse préjuger des opinions politiques de son auteur. (des = de + les)

- Il est beaucoup trop tôt pour préjuger du bilan annuel de notre organisme. (du = de + le)

 

 

Cependant, traditionnellement, préjuger était construit de façon transitive directe, c’est-à-dire immédiatement suivi d’un complément. Cet emploi est toujours en usage aujourd’hui, mais il appartient plutôt au style soutenu ou littéraire.

 

Exemples :

 

- Elle ne voulait pas préjuger la question. (ou, plus couramment : Elle ne voulait pas préjuger de la question.)

- Comment pouvez-vous préjuger mes choix de vie ainsi? (ou, plus couramment : Comment pouvez-vous préjuger de mes choix de vie ainsi?)

 

 

Pour en savoir davantage sur l’emploi des prépositions avec le verbe juger, vous pouvez consulter l’article Juger.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : novembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles