Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La syntaxe
Les prépositions > Préposition après un verbe



S'accorder

 

Employé à la forme pronominale, le verbe accorder signifie « être en accord, en harmonie ». Lorsque le complément de s’accorder est un infinitif qui indique l’objet de l’accord, il est souvent introduit par la préposition pour, notamment avec des verbes exprimant une action, mais aussi parfois par la préposition à, surtout avec des verbes d’opinion.

 

Exemples :

 

- Les employés se sont accordés pour refuser les offres patronales à l’unanimité.

- Les deux pays se sont accordés pour partager les frais de ce projet aérospatial.

- Ils devront s’accorder pour travailler en harmonie.

- Les experts s’accordent pour dire qu’il est possible de contrôler les changements climatiques. (ou : les experts s’accordent à dire)

 

 

Lorsque le complément de s’accorder est un nom qui indique l’objet de l’accord, il est introduit par la préposition sur.

 

Exemples :

 

- Ils se sont finalement accordés sur le titre qu’ils allaient donner à leur ouvrage.

- Mes enfants devront s’accorder sur la couleur des murs de la chambre qu’ils partagent.

 

 

S’accorder peut aussi être construit avec la préposition avec si le complément du verbe désigne la personne ou la chose avec laquelle se fait l’accord. Dans le cas où le complément désigne une chose, on rencontre aussi parfois l’emploi de la préposition à. Lorsqu’on parle d’un accord grammatical, la préposition utilisée est avec.

 

Exemples :

 

- Ma fille ainée s’accorde très bien avec votre plus jeune.

- Mes valeurs s’accordent parfaitement avec celles de mon nouveau conjoint. (ou : s’accordent parfaitement à celles de mon nouveau conjoint)

- Ce vin ne s’accorde pas avec ce plat de poisson. (ou : ne s’accorde pas à ce plat)

- L’adjectif s’accorde avec le nom ou le pronom auquel il se rapporte.

 

 

Enfin, s’accorder peut être employé sans complément, le sujet du verbe désignant une personne ou une de ses caractéristiques, ou une chose, particulièrement en musique. Le verbe peut aussi être construit avec un complément direct avec le sens de « se donner ».

 

Exemples :

 

- La personnalité de ton ex-mari et la tienne ne s’accordaient pas du tout.

- Mes amis s’accordent très bien entre eux.

- Les chœurs et l’orchestre se sont parfaitement accordés, nous offrant ainsi un moment de pure harmonie.

- Sophie s’est accordé un moment de détente dans un centre de santé.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles