Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La syntaxe
Les prépositions > Préposition devant un nom



Échelle

 

Le nom échelle peut être précédé de différentes prépositions (à, dans, de ou sur) selon le sens dans lequel on l’emploie et le verbe qui le précède.

 

Au sens propre, échelle a le sens de « dispositif formé de deux montants reliés entre eux par des barreaux fixés à intervalles réguliers servant de degrés pour monter ou descendre ». Dans cet emploi, les prépositions à et sur précèdent le nom dans les expressions monter à, sur l’échelle, grimper à, sur l’échelle. Avec des verbes comme descendre, sauter, glisser, tomber, on emploie plutôt la préposition de.

 

Exemples :

 

- Il monte à l’échelle comme un singe grimpe sur un arbre.

- Grimper sur une échelle me donne généralement le vertige.

- Est-ce lui qui montera sur l’échelle?

- Par chance, il est tombé de l’échelle sans même se faire une égratignure.

 

 

Au figuré, échelle peut signifier « série de degrés continue ou progressive, ascendante ou descendante ». On parlera notamment de l’échelle des êtres, des sons, des valeurs, des salaires, ou de l’échelle sociale. Dans ce sens, on utilise généralement la préposition dans. Par exemple, on monte ou on descend dans l’échelle sociale ou salariale, c’est-à-dire qu’on effectue une progression ou une régression dans une hiérarchie. On dira aussi se trouver en haut ou en bas de l’échelle.

 

Exemples :

 

- Lise espère monter dans l’échelle salariale au printemps prochain.

- Il doit son ascension dans l’échelle sociale à sa détermination et à son courage.

- La famille arrive au premier rang dans l’échelle des valeurs d’un grand nombre de jeunes adultes.

 

 

Échelle peut aussi désigner une ligne graduée indiquant le rapport de dimensions ou de distances écrites avec des grandeurs réelles, ou le rapport lui-même, ou encore une série de graduations sur un instrument de mesure. Dans ces emplois, on trouve les locutions à l’échelle (de), en parlant d’une carte, d’un plan, à grande échelle et à petite échelle, toujours en parlant d’une carte, et sur l’échelle (de), en parlant d’une échelle déterminant une intensité (ouragan, tremblement de terre), une force (vent), une densité (liquide), etc.

 

Exemples :

 

À l’échelle de 1/100 000, 1 mm représente combien de mètres?

- Cette carte à grande échelle représente le domaine que le millionnaire souhaite acquérir.

- Pour compléter ce travail de géographie, j’inclurai, en annexe, une carte du Québec à petite échelle.

- L’ouragan a touché terre alors qu’il était de catégorie 4 sur l’échelle de Saffir-Simpson.

- Ce séisme a atteint une magnitude de 6 sur l’échelle de Richter.

 

Au figuré, on dira aussi faire quelque chose à grande, à petite échelle ou sur une grande, sur une petite échelle, c’est-à-dire en grande ou en petite proportion, de façon très ou peu importante.

 

Exemples :

 

- Des feuillets promotionnels distribués à grande échelle devraient contribuer à faire connaître votre entreprise. (ou : sur une grande échelle)

- Nos vêtements faits de matières recyclées devraient être commercialisés à petite échelle d’ici quelques mois. (ou : sur une petite échelle)

- L’agriculture à grande échelle est moins diversifiée que l’agriculture à petite échelle.

 

 

Enfin, la locution à l’échelle suivie d’un adjectif a le sens de « selon un ordre de grandeur », et à l’échelle de suivie d’un nom, celui d’« à la mesure de, aux dimensions de ».

 

Exemples :

 

- Ce metteur en scène est renommé à l’échelle internationale.

- L’agriculture à échelle humaine a pour objectif la souveraineté alimentaire et l’autonomie des communautés.

- Un nouveau virus potentiellement mortel pourrait se répandre à l’échelle de la planète.

 

 

Notons qu’on doit porter une attention toute particulière à la valeur sémantique des locutions à grande et à petite échelle afin de les utiliser correctement en contexte. En effet, ces locutions ont des sens faciles à confondre au figuré, dans la langue courante, et au propre, dans le domaine de la cartographie. Ainsi, pour reprendre certains des exemples précédemment donnés, si l’on dit d’une agriculture qu’elle est pratiquée à grande échelle, c’est qu’elle l’est en grande proportion. Mais si l’on dit d’une carte qu’elle est à grande échelle, c’est qu’elle représente une petite portion de territoire. De même, si l’on dit de vêtements qu’ils sont commercialisés à petite échelle, c’est qu’ils le sont de façon peu importante. Mais si l’on dit d’une carte qu’elle est à petite échelle, c’est qu’elle représente un important territoire. Autrement dit, dans le domaine de la cartographie, plus une échelle est grande, c’est-à-dire que plus le dénominateur de la fraction est un petit nombre, plus le territoire représenté est restreint, et vice-versa. Par exemple, une échelle de 1/5000 est une échelle plus grande que 1/50 000.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles