Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La grammaire
La nouvelle grammaire > Les fonctions



Le complément du nom

 

Le terme complément du nom n’est pas une nouveauté de la nouvelle grammaire, puisque traditionnellement on appelle complément du nom (ou complément déterminatif) le groupe formé d’un nom précédé d’une préposition qui vient compléter le nom, par exemple : le père de famille, une montre en or, la chasse au phoque.

 

En nouvelle grammaire, on donne à l’appellation complément du nom un sens beaucoup plus large. Le complément du nom est la fonction syntaxique de tout groupe qui vient compléter le nom en ajoutant des précisions sur ce qu’il désigne. Cette appellation regroupe maintenant les fonctions traditionnelles de complément déterminatif, d’épithète et d’apposition. La nouvelle définition de complément du nom vise avant tout une simplification dans l’analyse; en effet, les règles d’accord de l’adjectif sont les mêmes dans tous les cas, et l’abandon des termes épithète et apposition ne change rien à l’accord des adjectifs.

 

Exemples :

 

- Méfie-toi, c’est un voyou de la pire espèce.

(Le GPrép de la pire espèce, traditionnellement analysé comme un complément déterminatif, est maintenant analysé comme complément du nom.)

 

- La grande voile a été déchirée par le vent.

Le GAdj grande, traditionnellement analysé comme un adjectif épithète, est maintenant analysé comme complément du nom.)

 

- Son fils aîné travaille en Allemagne.

(Le GAdj aîné, traditionnellement analysé comme un adjectif épithète, est maintenant analysé comme complément du nom.)

 

- Le conférencier, un scientifique réputé, a promis de revenir l’an prochain.

(Le GN un scientifique réputé, traditionnellement analysé comme une apposition, est maintenant analysé comme complément du nom.)

 

- Complètement épuisée, l’interprète hésitait de plus en plus.

(Le GAdj complètement épuisée, traditionnellement analysé comme une apposition, est maintenant analysé comme complément du nom.)

 

 

On remarque que les groupes en fonction complément du nom peuvent être placés avant ou après le nom. Certains de ces compléments sont déplaçables et d’autres non. Ils sont généralement facultatifs.

 

 

Enfin, on trouve comme complément du nom des groupes de différentes classes : des groupes adjectivaux (GAdj), des groupes nominaux (GN), des groupes prépositionnels (GPrép) et des subordonnées (relatives ou complétives).

 

Exemples :

 

- Il travaille dans des conditions très difficiles.

(Le groupe complément du nom est un GAdj.)

 

- Michel, son seul véritable ami, lui a pardonné son oubli.

(Le groupe complément du nom est un GN.)

 

- Les personnes de bonne humeur sont toujours appréciées.

(Le groupe complément du nom est un GPrép.)

 

- Sa collègue, qui connaît pourtant Marc depuis longtemps, était sidérée.

(Le groupe complément du nom est une subordonnée relative.)

 

- Le fait qu’il soit boursier ne lui donne pas tous les droits.

(Le groupe complément du nom est une subordonnée complétive.)

 

 

En nouvelle grammaire, la fonction de complément du nom regroupe les fonctions de complément déterminatif, d’épithète et d’apposition de la grammaire traditionnelle.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles