Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La grammaire
La nouvelle grammaire > Les fonctions



Le complément de phrase

 

Le terme complément de phrase est propre à la nouvelle grammaire. Cette appellation désigne une fonction syntaxique au sein de la phrase. Les groupes en fonction complément de phrase (fonction souvent représentée par le symbole CP) sont traditionnellement appelés compléments circonstanciels (et parfois circonstants). Complément de phrase est donc un terme nouveau qui nomme une réalité connue et analysée depuis longtemps.

 

Exemples :

 

- Depuis plusieurs jours, il se faisait du souci.

- Denis est demeuré silencieux durant toute la réunion.

- Ces jours-ci, on trouve des soldes incroyables dans tous les grands magasins.

- Micheline a accepté, malgré ce qu’elle avait laissé entendre, de participer au projet.

 

Ces exemples montrent que le groupe en fonction complément de phrase peut occuper différentes positions dans la phrase. Le CP est donc un élément mobile. Il est aussi facultatif, contrairement aux deux autres constituants de la phrase de base (le groupe sujet et le groupe prédicat). On fera donc appel aux manipulations de déplacement et d’effacement pour identifier les compléments de phrase; les CP pourront être déplacés ou supprimés.

 

 

Dans certains cas, il est difficile de savoir s’il s’agit d’un complément de phrase ou d’un complément du verbe. Le groupe CP se distingue des compléments du verbe (direct et indirect) qui, eux, font partie du groupe verbal (GV) prédicat et sont habituellement obligatoires et non déplaçables.

 

Exemples :

 

- En Gaspésie, il a plu très peu cet été.

(Le GPrép en Gaspésie est complément de phrase.)

 

- Elle va en Gaspésie tous les étés.

(Le GPrép en Gaspésie est complément indirect du verbe va.)

 

 

En grammaire traditionnelle, le groupe en Gaspésie est analysé dans les deux cas comme un complément circonstanciel de lieu, puisqu’il répond aux questions il a plu où? en Gaspésie; elle va où? en Gaspésie. Contrairement à ce que l’on fait traditionnellement pour trouver les compléments circonstanciels, des questions comme où? quand? comment? pourquoi? après le verbe ne sont pas utilisées en nouvelle grammaire pour trouver les compléments de phrase. Bien que les CP apportent aussi des précisions sur le lieu, le temps, le but, la cause, la manière, etc., associés à l’événement évoqué dans la phrase, on aura plutôt recours aux manipulations de déplacement et d’effacement pour identifier les groupes CP.

 

 

Des groupes de différentes classes peuvent être compléments de phrase; des groupes nominaux (GN), des groupes prépositionnels (GPrép), des groupes adverbiaux (GAdv) et des subordonnées remplissent cette fonction.

 

Exemples :

 

- Toute la famille partait pour le Mexique le soir même.

(Le groupe CP est un GN.)

 

- Pour Annie, le départ de Michel est une véritable catastrophe.

(Le groupe CP est un GPrép.)

 

- Aujourd’hui, la situation lui semble moins problématique.

(Le groupe CP est un GAdv.)

 

- Je lui parlerai de mes projets quand il reviendra.

 (Le groupe CP est une subordonnée.)

 

- Les enfants sont restés dehors jusqu’à ce que la nuit tombe.

(Le groupe CP est une subordonnée.)

 

 

En nouvelle grammaire, les compléments de phrase correspondent, à quelques exceptions près, à ce que l’on appelle traditionnellement les compléments circonstanciels.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : novembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles