Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La grammaire
La nouvelle grammaire > Les fonctions



Le complément indirect

 

En nouvelle grammaire, le complément indirect est la fonction du groupe complément lié indirectement au verbe, c’est-à-dire par l’intermédiaire d’une préposition. Le complément indirect (souvent représenté par le symbole CI) est donc un complément du verbe et il fait partie du groupe verbal (GV) prédicat. Le groupe en fonction de complément indirect complète le verbe au point de vue syntaxique et sémantique. Il est donc obligatoire.

 

Exemples :

 

- Marie téléphone à Victor tous les jours.

- Nous avons parlé de la situation de Michel toute la soirée.

- Toutes les responsabilités reposent sur ses épaules.

- Louise mangera avec lui ce midi.

- Lucie revient d’un long périple à vélo.

- Sa famille vit maintenant en Espagne.

 

Comme l’illustrent ces exemples, le complément indirect se construit avec différentes prépositions et peut prendre des formes variées. La définition de complément indirect inclut ce que la grammaire traditionnelle nomme complément d’objet indirect; les trois premières phrases en sont des exemples. Mais elle ne se limite pas à ce type de complément. Elle s’applique également à différents compléments circonstanciels; c’est ainsi que sont analysés traditionnellement les trois derniers exemples. En nouvelle grammaire, la notion d’« objet » pour définir certains compléments du verbe n’est pas retenue en raison de son ambiguïté. C’est le critère syntaxique (présence de la préposition après le verbe) qui prévaut pour définir le CI.

 

Pour identifier le groupe en fonction de complément indirect, on fait aussi appel à des critères syntaxiques. Par exemple, le CI peut être remplacé par un pronom correspondant (lui, leur, y, en, cela).

 

Exemples :

 

- Il a succédé à son père au poste de directeur. = Il lui a succédé au poste de directeur.

- Elle pense à son avenir. = Elle y pense.

- Je doute de sa bonne foi. = J’en doute.

- Elle s’interroge sur les suites à donner à cette affaire. = Elle s’interroge sur cela.

 

Contrairement à ce qu’on fait en grammaire traditionnelle, on ne trouve pas le CI dans la phrase en posant une question avec le verbe, par exemple : Il a succédé à qui? à son père; Elle pense à quoi? à son avenir; Je doute de quoi? de sa bonne foi.

 

 

Le complément indirect est habituellement placé à droite du verbe, sauf s’il s’agit d’un pronom personnel conjoint (lui, leur, y, en) ou d’un pronom relatif (dont, duquel, auquel…). Bien que le CI prenne habituellement la forme d’un groupe prépositionnel (GPrép) en raison de la préposition qui joint le verbe à ce qui suit, il y a des cas où aucune préposition n’apparaît; c’est souvent le cas lorsque le CI est un pronom ou une subordonnée complétive.

 

Exemples :

 

- Elle passera tout l’hiver à Cuba. (Le CI est un GPrép.)

 

- La maternité, elle y a maintenant renoncé. (Le CI est un pronom personnel conjoint.)

 

- C’est l’employé dont il se méfie. (Le CI est un pronom relatif.)

 

- Tu te souviens qu’il avait promis de venir. (Le CI est une subordonnée complétive.)

 

Les exemples ci-dessus montrent bien que c’est en fait le verbe qui détermine la fonction du groupe qui suit : ces groupes sont en fonction complément indirect parce que ces verbes se construisent avec une préposition.

 

 

En nouvelle grammaire, la fonction de complément indirect inclut ce qu’on nomme traditionnellement les compléments d’objet indirect et certains compléments circonstanciels.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles