Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La grammaire
La nouvelle grammaire > La phrase



Les manipulations syntaxiques

 

La notion de manipulation syntaxique est fondamentale en nouvelle grammaire. Les manipulations syntaxiques sont des opérations que l’on effectue sur des mots ou des groupes de mots à des fins d’analyse. Les manipulations permettent de comprendre la structure de la phrase et facilitent l’identification des groupes, des fonctions et des classes de mot. Les manipulations remplacent en quelque sorte les questions utilisées en grammaire traditionnelle pour l’analyse syntaxique; par exemple, pour trouver le sujet de la phrase, on posait la question Qui fait l’action? En nouvelle grammaire, on évite les questions qui font appel au sens.

 

Il existe cinq manipulations : l’effacement, l’addition (ou l’ajout), le déplacement, la substitution (ou le remplacement) et l’encadrement. L’emploi des manipulations syntaxiques appelle un jugement sur le résultat de la manipulation, jugement qui s’appuie sur notre connaissance intuitive de la langue. Dire que la phrase est correcte ou incorrecte après que l’on a fait une manipulation conduit à des observations et à des conclusions sur l’élément manipulé.

 

L’effacement consiste à supprimer un mot ou un groupe de mots. Cette suppression donne au résultat une phrase correcte ou non. La manipulation d’effacement permet ainsi d’identifier les mots ou les groupes obligatoires et ceux qui sont facultatifs. Par exemple, le groupe sujet et le groupe prédicat de la phrase ne pourront être effacés sans que la phrase devienne agrammaticale, c’est-à-dire incorrecte au point de vue syntaxique. Par contre, on pourra reconnaître le complément de phrase par le fait que son effacement n’entraîne pas l’agrammaticalité de la phrase. L’effacement est souvent représenté par Ø, symbole emprunté aux mathématiques où il signifie « ensemble vide ».

 

Exemple :

 

Dès cinq heures du matin,

les oiseaux

commençaient à chanter.

Groupe complément de phrase

Groupe sujet

Groupe prédicat

 

 

Dès cinq heures du matin,

Ø

commençaient à chanter.

 

(effacement du sujet = phrase agrammaticale)

 

 

 

Dès cinq heures du matin,

les oiseaux

Ø.

 

 

(effacement du prédicat = phrase agrammaticale)

.

 

 Ø

les oiseaux

commençaient à chanter.

(effacement du complément de phrase = phrase grammaticale)

 

 

L’addition (ou l’ajout) consiste à ajouter un mot ou un groupe de mots dans la phrase. Cette manipulation peut servir à déterminer la classe d’un mot. Par exemple, l’ajout d’un adverbe d’intensité (comme très, peu ou extrêmement) devant un adjectif indiquera qu’il s’agit d’un adjectif qualifiant et non d’un adjectif classifiant, cette addition n’étant possible que devant un adjectif qualifiant.

 

Exemple :

 

Les commentaires du conseiller municipal

étaient convaincants.

Les commentaires du conseiller très municipal

étaient peu convaincants.

On ne peut pas dire très municipal; municipal est donc un adjectif classifiant.

On peut dire peu convaincants; convaincants est donc un adjectif qualifiant.

 

 

L’opération de déplacement consiste à déplacer un mot ou un groupe de mots dans la phrase. Cette manipulation permet entre autres de déterminer la fonction d’un groupe et d’en connaître les limites. Par exemple, le groupe en fonction complément de phrase pourra être déplacé alors que les groupes sujet et prédicat ne le pourront pas.

 

Exemple :

 

Tard dans la nuit,

je

les ai entendus arriver.

Groupe complément de phrase

Groupe sujet

Groupe prédicat

 

 

je

les ai entendus arriver

tard dans la nuit

 

(déplacement du complément de phrase = phrase grammaticale)

 

 

 

 

Tard dans la nuit

les ai entendus arriver

je

 

 

(déplacement du sujet ou du prédicat = phrase agrammaticale)

 

 

 

Autre manipulation possible, la substitution (ou le remplacement) permet aussi de déterminer la fonction d’un groupe et d’en connaître les limites. Par exemple, on peut remplacer le groupe sujet par un pronom correspondant.

 

Exemple :

 

Les candidats qui se sont présentés

ont tous été embauchés.

Groupe sujet

Groupe prédicat

 

Ils

ont tous été embauchés.

Groupe sujet

Groupe prédicat

 

 

L’encadrement consiste à encadrer un élément de la phrase pour en déterminer la fonction et les limites. Par exemple, l’encadrement par c’est… qui permettra d’identifier le groupe sujet à l’exclusion des autres groupes.

 

Exemple :

 

La Ville

a présenté un nouveau plan d’urbanisme.

 

C’est

la Ville

qui

a présenté un nouveau plan d’urbanisme.

 

Groupe sujet

 

Groupe prédicat

 

 

On trouve dans la grammaire traditionnelle un usage limité de certaines manipulations; c’est par exemple la substitution qu’on utilise lorsqu’on remplace a par avait pour distinguer les homophones a et à. Dans la grammaire moderne, l’usage des manipulations est généralisé et systématique. Il suffit d’en faire bon usage. L’emploi de l’une ou l’autre des manipulations est pertinent dans la mesure où il facilite l’analyse grammaticale.

 

 

Les manipulations ne sont ni des trucs, ni une fin en soi, mais bien des moyens dont on se sert pour comprendre la construction de la phrase et des différents groupes.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles