Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




L'orthographe
Homophones lexicaux



Brocard et brocart

 

Brocard et brocart sont des homophones, c’est-à-dire des mots de même prononciation mais n’ayant pas le même sens.

 

Brocard est un nom masculin, habituellement pluriel, qui désigne des railleries, des moqueries qu’on dit à quelqu’un ou qu’on écrit. En ce sens, brocard a donné le verbe brocarder qui signifie « se moquer ironiquement de quelqu’un ou de quelque chose ». Brocard et brocarder sont considérés comme littéraires ou vieillis.

 

Exemples :

 

- Luc ne pouvait plus supporter les brocards dont il faisait chaque jour l’objet.

- L’orateur ne s’est pas gêné pour brocarder ses détracteurs habituels.

 

 

Dans le domaine de la chasse, brocard est employé pour désigner le cerf, le daim ou le chevreuil mâle âgé d’un an environ. On trouve également les graphies brocart et broquart.

 

Exemples :

 

- Cette tapisserie, qui montre un brocard broutant dans une prairie verdoyante, est très ancienne.

- Avec son nouvel appeau, ce chasseur espérait pouvoir attirer et tuer un brocard.

 

 

Brocart est un nom masculin emprunté à l’italien broccato (broché). Il désigne une riche étoffe, généralement faite de soie, brochée de fils d’or et d’argent formant des motifs en relief.

 

Exemples :

 

- Il n’avait pour tout ameublement qu’un fauteuil recouvert d’un brocart élimé, un matelas, deux chaises et une petite table.

- Sa longue robe de brocart lui donnait un air emprunté et snob.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles