Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La grammaire
Le verbe > Modes > Subjonctif



- Généralités sur le subjonctif

 

Le subjonctif est un mode verbal qui sert à exprimer le doute, l’incertitude, le souhait, l’ordre, la nécessité, la volonté, la crainte, le regret, la supposition, le résultat recherché, l’éventualité, etc., c’est-à-dire ce qui est envisagé, mais qui n’est pas réalisé de façon sûre. C’est le mode de la possibilité, de l’hypothèse : l’action qu’il présente est intemporelle et n’existe que virtuellement, et non dans la réalité. En comparaison, l’indicatif permet d’évoquer une action comme un fait appelé à se réaliser de façon certaine ou probable.

 

Le subjonctif se distingue aussi de l’indicatif par le fait qu’il est un mode intemporel, c’est-à-dire qu’il ne peut à lui seul situer l’action évoquée par le verbe dans une époque déterminée; passé, présent ou futur. C’est un élément du contexte (verbe de la principale ou complément du verbe) qui permet cet ancrage temporel.

 

Exemples :

 

- J’insiste pour qu’il vienne. (l’action de venir est située dans le présent ou le futur)

- J’insistais pour qu’il vienne. (l’action de venir est située dans le passé)

- Je doute qu’il soit parti à l’heure actuelle. (l’action de partir est située dans le présent)
- Je doute qu’il soit parti hier. (l’action de partir est située dans le passé)

 

Les emplois du subjonctif sont nombreux. Dans la majorité de ses emplois, le subjonctif apparaît dans une proposition subordonnée, d’où son nom sub-jonctif, du latin subjungere, qui signifie « subordonner, mettre sous la dépendance de ». On le trouve notamment dans des subordonnées introduites par un verbe qui exprime le doute, l’incertitude, la crainte, la supposition, l’éventualité, le regret, le souhait, la nécessité, etc.


Exemples :

- Je doute qu’il vienne de lui-même.
- Je voudrais qu’il fasse des excuses.

- J’ordonne que personne ne sorte.
- Je ne pense pas qu’il soit capable d’une telle abnégation.


Le subjonctif compte quatre temps : deux temps simples, le présent et l’imparfait, et deux temps composés, le passé et le plus-que-parfait. Notons que l’imparfait et le plus-que-parfait sont cependant pratiquement sortis de l’usage, même dans la langue littéraire.

 


Pour en connaître davantage sur le mode subjonctif, vous pouvez consulter les articles Subjonctif après certaines locutions conjonctives et Formes du subjonctif.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : novembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles