Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La grammaire
Le verbe > Modes > Infinitif



Fonctions verbales de l'infinitif

 

L'infinitif est une forme verbale, et comme telle, il permet d’exprimer un événement, une action. Bien que le verbe à l’infinitif ne se conjugue pas, c’est-à-dire qu’il ne varie pas en personne et en temps, et qu’il n’ait pas de sujet grammatical, il peut tout de même avoir une fonction verbale dans certains types de phrases. Employé comme verbe principal d'une phrase, l’infinitif connaît quatre types d’emplois.

 

Dans une phrase déclarative, on utilise l'infinitif pour évoquer une action qui est la conséquence d'actions antérieures. Dans cet emploi d'un usage littéraire, l'infinitif est toujours précédé de la préposition de et la phrase dans laquelle il apparaît débute généralement par la conjonction et, qui marque le lien entre l'action antérieure de la phrase précédente et la conséquence évoquée. On appelle cet emploi de l’infinitif, infinitif de narration ou infinitif historique. Sa valeur temporelle est celle du passé simple (ou du passé composé), temps de la narration par excellence.

 

Exemples :

 

- Et Simon de leur répondre : « Vous ne vous en sortirez pas aussi facilement! »

- Et le maître d'hôtel de s'enfuir comme un voleur.

 

 

On emploie aussi l'infinitif dans une interrogation que le locuteur adresse généralement à lui-même et à laquelle il doit trouver une réponse. Ce type de phrase permet d'exprimer un doute ou une hésitation, qui peut parfois être une fausse interrogation; on parle alors d’infinitif délibératif. Cet emploi possède une valeur temporelle de futur puisque l’action évoquée n’est pas réalisée.

 

Exemples :

 

- Qui croire dans un monde pareil?

- Où aller en ce jour pluvieux?

- Comment procéder à l'annulation d'un contrat?

 

 

L'infinitif peut aussi être employé avec une valeur d'impératif pour exprimer un ordre ou une directive. Comme le sujet n'est pas exprimé et qu'ainsi l'ordre ne s'adresse pas directement à quelqu'un, l'infinitif a une valeur plus générale, plus neutre et moins autoritaire que ne l’aurait l’impératif employé dans un contexte similaire. L’infinitif s'emploie surtout dans des consignes, des modes d'emploi ou des indications techniques.

 

Exemples :

 

Lire attentivement les consignes de sécurité ci-dessous.

- Ne pas oublier d'ajouter les frais de port et de manutention.

 

 

Enfin, l'infinitif peut aussi avoir une valeur exclamative. Il peut exprimer un souhait ou un regret; dans ce cas, il n’y a généralement pas de sujet (logique) exprimé. Lorsque l'infinitif traduit plutôt de l'étonnement ou une protestation, un sujet apparaît souvent dans la phrase, sous la forme d’un nom ou d’un pronom en apposition. Dans tous ces emplois, l’infinitif évoque une action non réalisée, un fait qui demeure virtuel.

 

Exemples :

 

- Ah! Partir en vacances à la mer!

- Toi, préparer les repas!

- Marcel, arriver en retard! Jamais!

 

 

L'infinitif peut également être employé dans une proposition subordonnée; on parle parfois de proposition infinitive pour désigner cet emploi. En général, la proposition infinitive a son propre sujet, exprimé ou non, et elle est souvent complément d'un type de verbes particulier; elle peut aussi simplement être introduite par un mot de subordination. L'infinitif employé dans une proposition infinitive peut notamment être complément d'un verbe de perception (voir, entendre), des verbes faire ou laisser ou de verbes causatifs de mouvement (envoyer, conduire).

 

Exemples :

 

- Je vois les nuages s'approcher. (ou : Je vois s'approcher les nuages.)

- J'ai fait sortir le chien.

- Il les a envoyés jouer dehors.

 

 

L'infinitif peut aussi figurer dans une phrase interrogative indirecte ou dans une proposition subordonnée relative. Dans ces deux cas, le sujet de l'infinitif est le même que celui du verbe principal, l'emploi de l'infinitif n'étant généralement pas possible lorsque le sujet logique de l’infinitif diffère de celui du verbe principal.

 

Exemples :

 

- Je ne sais plus quoi en penser.

- Il se demande où aller en vacances.

- Elle cherche un restaurant romantique où aller souper.

- Lucie veut partir en France l'été prochain. (mais : Lucie veut que je parte en France avec elle l'été prochain.)

 

 

Pour en savoir plus sur le mode infinitif, vous pouvez consulter les articles suivants : Généralités sur l'infinitif, Fonctions nominales de l'infinitif, Noms dérivés d'infinitifs, Impératif et infinitif, Sujets neutres coordonnés, Accord de l'adjectif attribut lorsque le sujet est un infinitif et Infinitif ou participe passé.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : novembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles