Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La grammaire
Le verbe > Temps grammaticaux > Passé



- Généralités sur le passé simple

 

Le passé simple, parfois appelé passé défini, est un temps du passé du mode indicatif, tout comme l’imparfait. Le passé simple présente l’action dans sa totalité, du début à la fin; la durée de l’action et ses limites de commencement et de fin sont perçues, sans être nécessairement exprimées. Le passé simple est particulièrement approprié pour évoquer des événements historiques, ou d’un passé lointain, que l’on considère comme coupés du présent.

 

Exemples :

 

- Ce matin-là, Simon se rendit à l’université comme d’habitude.

- Il travailla pour cette entreprise pendant plus d’un demi-siècle.

- La Charte de la langue française fut adoptée en 1977.

 

 

Le passé simple est souvent utilisé pour évoquer des actions multiples dans le passé. Ces actions sont alors présentées comme successives, et ce, même quand aucun complément ne vient préciser leur successivité.

 

Exemples :

 

- Samuel se rendit d’abord chez lui, puis il se dirigea chez son père, qui l’attendait.

- Martine mit son manteau, son chapeau et ses gants, prit son sac, enfila ses bottes et sortit.

 

 

Le passé simple peut être utilisé dans d’autres emplois; le contexte vient alors spécifier certains aspects de l’action. Par exemple, on peut évoquer des faits qui se répètent ou des habitudes avec le passé simple, mais l’emploi d’un adverbe marquant explicitement la répétition est alors nécessaire.

 

Exemples :

 

- Denis nous accompagna souvent à ce restaurant.

- Charles ne sut jamais pourquoi je lui en voulais.

 

 

Le passé simple diffère de l’imparfait dans sa façon de présenter l’action évoquée. En effet, l’imparfait, plutôt que de présenter l’action du début à la fin, la présente comme si elle était en cours d’accomplissement. Cette différence explique que ces deux temps du passé se combinent si souvent à l’écrit dans des récits : l’imparfait décrit alors le décor et les circonstances, alors que le passé simple s’emploie pour les événements, pour ce qui arrive dans le récit.

 

Exemples :

 

- C’était vendredi et j’étais fatiguée, lorsque mon supérieur vint me dire qu’exceptionnellement, je devais travailler le lendemain.

- Ils partirent tous, un à un. J’étais seul.

 

 

Le passé simple est plus proche par son sens du passé composé avec lequel il alterne souvent. En théorie, on emploie davantage le passé simple pour évoquer des événements lointains, alors qu’on emploie le passé composé pour évoquer des faits récents ou dont les conséquences ont un effet durable dans le présent. En pratique, toutefois, le passé composé empiète souvent sur les emplois du passé simple; il l’a même remplacé complètement à l’oral.

 

Exemples :

 

- C’est en 1938 que naquit ma mère.

- Le commentaire de Martin a changé ma façon de voir les choses.

 

 

Pour en savoir davantage sur le passé simple, vous pouvez consulter les articles Formes du passé simple et Déclin du passé simple. Pour en savoir davantage sur l’imparfait, vous pouvez consulter les articles Généralités sur l’imparfait.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles