Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La grammaire
Le verbe > Temps grammaticaux > Passé



Déclin du passé simple

 

Le passé simple est le temps de l’indicatif qui est le moins utilisé aujourd’hui. Il est pratiquement absent de la langue parlée et on le réserve à l’écrit principalement pour les récits. À l’oral, on lui préfère le passé composé — et c’est souvent aussi le cas à l’écrit. Le recul du passé simple a débuté il y a longtemps et on l’explique par différentes raisons.

 

D’après certains auteurs, le déclin progressif du passé simple s’est amorcé dès le XIIe siècle. À cette époque, le passé composé avait commencé à concurrencer le passé simple dans certains emplois. Au XVIe siècle, les emplois de ces deux temps se sont spécialisés : on employait le passé simple dans la narration pour évoquer des événements lointains dont on était désormais détaché; et on employait le passé composé pour évoquer des faits récents ou dont les conséquences étaient toujours liées au présent.

 

Malgré cette spécialisation, le passé simple a continué à décliner. Puisqu’on le privilégiait pour évoquer des événements qui n’étaient pas liés au moment où l’on parle (le présent), on s’est mis à l’employer surtout à la troisième personne, les première et deuxième personnes étant plus directement associées au présent, moment de l’énonciation. Aujourd’hui, le passé simple est rarement employé aux premières et deuxièmes personnes du singulier et du pluriel; on lui préfère alors le passé composé. En outre, plus le passé simple se faisait rare, plus ses formes semblaient étranges, ce qui a sans doute rendu son emploi de plus en plus difficile.

 

Le passé simple est cependant encore utilisé à l’écrit, principalement à la troisième personne, et ce, non seulement dans les ouvrages littéraires, mais aussi dans les textes scientifiques et journalistiques. On ne l’emploierait plus à l’oral que dans certaines régions (notamment dans le sud de la France), ou encore dans des tournures figées comme il fut un temps ou s’il en fut, toujours attestées.

 

Exemples :

 

- Il fut un temps où l’on consommait moins.

- Je me souviens de votre père, un homme honnête s’il en fut.

 

 

Pour en savoir davantage sur le passé simple, vous pouvez consulter les articles Généralités sur le passé simple et Formes du passé simple.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : novembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles