Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La grammaire
Le verbe > Temps grammaticaux > Passé



- Généralités sur l'imparfait

 

L’imparfait est un temps de l’indicatif associé à l’époque passée, tout comme le passé simple. Les emplois de l’imparfait sont nombreux, mais on peut les regrouper autour de deux valeurs : une valeur temporelle, qui permet d’exprimer d’abord et avant tout une action ou un événement situé dans le passé; et une valeur modale, qui exprime plutôt la possibilité d’une action, un peu comme le fait le conditionnel, lui aussi un temps du mode indicatif.

 

C’est dans sa valeur temporelle que l’imparfait se distingue du passé simple, l’autre temps du passé du mode indicatif. Avec cette valeur, l’imparfait évoque une action passée qu’on voit en cours d’accomplissement, une partie de l’action étant accomplie et l’autre restant à accomplir. L’imparfait ne précise pas les limites de l’action : on ne sait donc ni à quel moment elle a commencé, ni à quel moment elle s’est terminée, à moins que cette information ne soit précisée explicitement par un complément. Le verbe à l’imparfait montre en fait une action ou un événement dans sa durée.

 

Exemples :

 

- Elle pleurait. Elle était triste et ne savait que faire.

- J’avais vingt ans et je croyais que tout était possible.

 

 

Le passé simple, au contraire, évoque une action accomplie dans sa totalité. Ces deux temps peuvent être employés dans un même récit : le passé simple évoque alors les actions qui se produisent, les événements qui font progresser le récit, tandis que l’imparfait évoque les circonstances entourant ces événements, les circonstances ayant généralement commencé avant l’action et s’étant terminées après.

 

Exemples :

 

- Quand elle arriva, il dormait.

- Yves se tut et observa autour de lui. Il faisait beau, un vent léger soufflait doucement sur sa peau.

- J’achetai des meubles, des peintures, des vases. Je voulais me sentir chez moi.

 

 

Pour en savoir davantage sur l’imparfait, vous pouvez consulter les articles Valeur temporelle de l'imparfait, dans lequel il est question de sa valeur temporelle; Valeur modale de l'imparfait, qui traite des emplois liés à sa valeur modale; et Formes de l’imparfait. Pour en savoir davantage sur le passé simple, vous pouvez consulter l’article Généralités sur le passé simple.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : novembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles