Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La grammaire
Le verbe > Conjugaison



Formes de l'imparfait

 

L’imparfait présente très peu de difficultés liées à la conjugaison. Le radical du verbe correspond au radical de la première personne du pluriel du présent de l’indicatif. Seul le verbe être fait exception à cette règle, son radical étant ét-. Quant aux désinences, elles sont toujours les mêmes : -ais, -ais, -ait, -ions, -iez et -aient.

 

Exemples :

 

- Il ne restait plus qu’à attendre.

- Nous frémissions d’impatience.

- Vous pouviez sûrement le ressentir.

 

 

Il y a tout de même quelques formes de l’imparfait dont la graphie et la prononciation peuvent poser problème. Ainsi, avec les verbes dont le radical se termine par un i, par un y, par les lettres ill ou par les lettres gn, on doit éviter d’oublier le i de la première (-ions) et de la deuxième personne du pluriel (-iez). Ce i est essentiel puisqu’il permet de différencier les formes de l’imparfait de celles du présent de l’indicatif, qui partagent le même radical.

 

Exemples :

 

- Nous nous méfiions toujours des personnes qui posaient des questions indiscrètes.

- Vous ne croyiez tout de même pas qu’ils allaient abandonner?

- Nous cueillions des pommes lorsque nous avons rencontré Alain.

- Vous craigniez que nous soyons en retard, n’est-ce pas?

 

Dans ces formes, on ne prononce généralement pas deux i, mais un seul, ce qui explique que l’on puisse l’oublier à l’écrit. Certains considèrent que ce redoublement est fautif; cependant, puisque cette prononciation permet de distinguer l’imparfait du présent de l’indicatif, on ne peut la condamner. On peut donc prononcer la forme méfiions avec un seul i : [méfj7] (mé-fion), ou, si l’on tient à insister sur le deuxième i pour distinguer l’imparfait du présent, avec deux i : [méfij7] (mé-fi-i-on).

 

 

Quelques pièges additionnels se cachent derrière certaines formes de l’imparfait. Dans les verbes en -ger, on doit ajouter un e après le g devant les désinences qui commencent par a afin de conserver la prononciation [G] (j) du g. De même, avec les verbes en -cer, on doit ajouter une cédille au c devant les désinences qui commencent par a, afin de conserver la prononciation [s] (s). Enfin, dans les verbes en -eler, et en -eter, le l et le t ne sont jamais doublés dans les formes de l’imparfait.

 

Exemples :

 

- Julie mangeait des fruits tous les jours à cette époque.

- Je me déplaçais avec aisance.

- Comment s’appelaient tes amis, déjà?

- Tu pelletais plus souvent quand tu avais une maison.

 

 

Pour en savoir davantage sur l’imparfait, vous pouvez consulter les articles Généralités sur l’imparfait, Valeur temporelle de l'imparfait et Valeur modale de l'imparfait. Pour connaître les deux conjugaisons possibles du verbe asseoir à l’imparfait, vous pouvez consulter l’article Conjugaison du verbe asseoir.

 

Pour pouvoir visualiser la transcription en alphabet phonétique international (API), qui apparaît entre crochets, vous devez avoir la police de caractères API TLFQ. Vous pouvez la télécharger sur notre site en cliquant ici. Pour vous familiariser avec les symboles de l'API utilisés dans la BDL, vous pouvez consulter l'article Alphabet phonétique international.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : novembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles