Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La grammaire
Le verbe > Conjugaison



Formes du conditionnel

 

Le conditionnel présente très peu de difficultés liées à la conjugaison. Les formes du conditionnel sont composées de la forme du verbe à l'infinitif suivie des désinences de l'imparfait (-ais, -ais, -ait, -ions, -iez, -aient). C'est le cas de la grande majorité des verbes du premier groupe et de tous les verbes du deuxième groupe.

 

Exemples :

 

- Claudine aimerait acheter une nouvelle maison.

- Thomas m'a dit qu'il me téléphonerait s'il avait besoin d'aide.

- J'étais convaincu que Christiane finirait par arriver.

- Je ne savais pas que Robert se départirait de ce meuble.

 

Les verbes du premier groupe gardent toujours le e de leur finale en -er, même si ce e n'est pas prononcé. C'est le cas des verbes dont le radical se termine par une voyelle, par exemple: créer, plier, saluer.

 

Exemples :

 

- Nous saluerions avec plaisir une telle modification. (et non : nous salurions)

- Harold ne créerait jamais une telle horreur.

- Comment plieriez-vous ce pantalon?

 

C'est aussi le cas des verbes en -eler et en -eter; ces derniers conservent leur dernier e, et le e précédent est soit transformé en è, soit suivi d'une consonne doublée. Si on hésite sur la forme que doit prendre un verbe en -eler ou en -eter au conditionnel, il vaut mieux consulter un ouvrage de conjugaison.

 

Exemples :

 

- Je ne pensais pas qu'ils me rappelleraient.

- Congèlerais-tu ce type de gâteau?

- Comment pouvais-je penser qu'il achèterait une nouvelle télévision?

- Si j'étais toi, je cachetterais l'enveloppe tout de suite.

 

Les verbes du premier groupe en -ecer, -emer, -ener, -eper, -eser, -erer, -ever et -evrer conservent eux aussi le e de leur finale en -er. De plus, le e de l’avant-dernière syllabe de l’infinitif devient è sauf dans le cas de sevrer.

 

Exemples :

 

- Je ne croyais pas que tu achèverais ta sculpture.

- Vous promèneriez-vous dans le parc?

- Si vous lui avouiez votre mensonge, vous soulèveriez sa colère.

 

Dans les verbes du premier groupe se terminant en -oyer (côtoyer, envoyer) et en -uyer (appuyer, essuyer), le y de l'infinitif devient un i au conditionnel. Pour les verbes en -ayer, (payer, enrayer) deux graphies sont possibles, avec le y de l’infinitif ou avec le i. Encore une fois, le e suivant le i ou le y subsiste au conditionnel, même s'il devient muet.

 

Exemples :

 

- Je n'aurais jamais cru que Philippe côtoierait ce type de personne.

- Pourquoi est-ce que j’appuierais sa candidature?

- Nous paierions la totalité de l’emprunt à la fin de la deuxième année. (ou : nous payerions)

 

Les verbes du troisième groupe qui se terminent en -re perdent leur e final, le r étant immédiatement suivi de la désinence du conditionnel.

 

Exemples :

 

- Mettrais-tu le pâté au four vers 17 h? (et non : metterais-tu)

- Ils ne s'entendraient sûrement pas bien avec une personne comme Donald.

- Rirais-tu si je te disais que je n'ai rien compris?

- Prendriez-vous un café?

 

Quelques verbes irréguliers ne suivent pas la règle de formation générale des formes du conditionnel. Ces verbes figurent dans le tableau ci-dessous, où l'on trouve leur forme à l'infinitif et leur forme à la première personne du singulier.

 

 

Infinitif

Conditionnel présent

Acquérir

J'acquerrais

Aller

J'irais

Avoir

J'aurais

Courir

Je courrais

Cueillir

Je cueillerais

Envoyer

J'enverrais

Être

Je serais

Faire

Je ferais

Mourir

Je mourrais

Pouvoir

Je pourrais

Savoir

Je saurais

Tenir

Je tiendrais

Venir

Je viendrais

Voir

Je verrais

 

 

Soulignons enfin qu’en orthographe rectifiée, tous les verbes en -eter et en -eler, mis à part appeler, jeter et leurs composés, se conjuguent comme les verbes en -ecer, -emer, ener, etc. Par ailleurs, au conditionnel (et au futur), l’accent aigu des verbes comme aérer ou céder se transforme en accent grave pour mieux en refléter la réelle prononciation et pour rendre plus cohérent l’emploi de l’accent sur le e précédant un e muet, à la manière de la plupart des verbes qui se terminent par -e suivi d’une consonne, suivi de -er.

 

Exemples :

 

- Elle ficèlera l’intrigue de son roman pendant son voyage en Europe. (orthographe traditionnelle : elle ficellera)

- J’aèrerai la pièce dès que nous commencerons à vernir les planchers. (orthographe traditionnelle : j’aérerai)

 

 

Pour en savoir davantage sur l’orthographe rectifiée, vous pouvez consulter la section Rectifications de l’orthographe. Pour en savoir davantage sur le conditionnel, vous pouvez consulter les articles Généralités sur le conditionnel, Valeur temporelle du conditionnel, Valeur modale du conditionnel, Conditionnel dans les phrases hypothétiques et Conditionnel passé et plus-que-parfait du subjonctif.

 

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles