Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La syntaxe
Le sujet dans la phrase



Inversion du pronom ce avec le verbe être

 

Il est fréquent que le sujet et le verbe d’une phrase soient inversés. C’est le cas notamment dans une interrogation ou dans une proposition commençant par peut-être, sans doute, et encore, etc. Il arrive cependant que l’on hésite à faire l’inversion avec le verbe être lorsque le sujet est le pronom ce, sans doute parce que certaines formes sont admises, alors que d’autres sont à éviter.

 

Les formes est-ce, était-ce, serait-ce, fût-ce, fut-ce, etc., sont tout à fait correctes; il en est de même pour sera-ce, qui est cependant très rare.

 

Exemples :

 

- Est-ce dommage qu’il soit déjà si tard!

- Qui était-ce, déjà, cet homme qui criait tout le temps pour rien?

- Peut-être serait-ce mieux de partir immédiatement…

 

 

L’inversion de ce avec les formes composées du verbe être est plutôt inhabituelle, mais pas toujours fautive. Lorsque c’est le cas, on a recours à une autre construction.

 

Exemples :

 

- Sans doute aurait-ce été plus simple de nous en parler.

- Est-ce que cela a été à la hauteur de vos attentes? (et non : A-ce été à la hauteur de vos attentes?)

 

 

Par ailleurs, pour des raisons d’euphonie, l’inversion de ­ce n’est pas permise avec les formes du verbe être se terminant par un -e muet. Là encore, on évitera l’inversion ou on choisira le singulier correspondant.

 

Exemples :

 

- Qu’ils fussent vos amis intimes, je n’en doute pas. (et non : Fussent-ce vos amis intimes, je n’en doute pas.)

- Fut-ce de grands explorateurs? (et non : Furent-ce de grands explorateurs?)

 

 

Le cas de sont-ce est particulier. Bien qu’il ne soit pas problématique du point de vue euphonique, il est souvent critiqué par les grammairiens et son usage est rare. On peut le remplacer par le singulier est-ce ou encore éviter l’inversion.

 

Exemples :

 

- Est-ce vraiment des employés qui vont me dire quoi faire? (et non : Sont-ce vraiment des employés qui vont me dire quoi faire?)

- Ces rapports, ce sont ceux que vous attendiez? (et non : Ces rapports, sont-ce ceux que vous attendiez?)

 

 

Pour en savoir plus à propos de l’inversion du sujet avec le verbe, vous pouvez consulter les articles Inversion et Inversion du sujet avec peut-être. Pour en apprendre davantage sur l’accord du verbe être avec le sujet ce, vous pouvez consulter l’article C’est et ce sont.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles