Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La syntaxe
Le complément dans la phrase



Quitter

 

On entend souvent il a quitté, elle a quitté, expressions qui signifient qu’une personne est partie d’un lieu. Or, cette construction est considérée comme fautive.

 

En français moderne, le verbe quitter est toujours transitif, c’est-à-dire qu’il doit être accompagné d’un complément qui exprime le lieu que l’on quitte, par exemple : il a quitté la maison, le bureau, la fête. Une autre solution est d’employer des phrases comme il n’est plus au bureau (à la maison, etc.), elle vient de partir, il est absent. On peut également quitter une personne, c’est-à-dire la laisser, l’abandonner, s’éloigner d’elle; là encore, le complément est obligatoire. Il existe en fait un seul cas où l’emploi d’un complément n’est pas nécessaire : au téléphone, la locution ne quittez pas est correcte puisque le complément l’écoute est sous-entendu.

 

Exemples :

 

- Sandra a quitté la maison pour la soirée. (et non : Sandra a quitté pour la soirée.)

- Ils ont quitté le travail plus tôt pour assister au vernissage. (et non : Ils ont quitté plus tôt pour assister au vernissage.)

- Luc vient de partir. (et non : Luc vient de quitter.)

- M. Tremblay est absent. (et non : M. Tremblay a quitté.)

- Il a préféré quitter sa femme et ses enfants plutôt que de renoncer à sa nouvelle passion.

- Ne quittez pas, je vous mets en communication avec madame Tessier.

 

 

Quitter est aussi employé sans complément dans le sens de « démissionner ». Cet emploi est un calque de l’anglais to quit. On dira plutôt : il a quitté son emploi, la société, etc., ou encore, il a démissionné.

 

Exemples :

 

- Sylvie a quitté son emploi depuis deux mois. (et non : Sylvie a quitté depuis deux mois.)

- Notre directeur a démissionné lorsqu’il a appris qu’il était gravement malade. (et non : Notre directeur a quitté lorsqu’il a appris qu’il était gravement malade.)

 

 

Notons aussi que quitter demeure transitif lorsqu’il est employé pronominalement. C’est alors le pronom réfléchi qui tient lieu de complément.

 

Exemples :

 

- Leur amour est tel qu’ils ne peuvent se quitter bien longtemps.

- Malgré notre dispute, nous nous sommes quittés en bons termes.

 

 

Pour en savoir davantage sur les verbes occasionnellement pronominaux, vous pouvez consulter l’article Participe passé des verbes occasionnellement pronominaux.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles