Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La rédaction et la communication
Figures de style > Figures touchant la construction de la phrase



Périphrase

 

La périphrase est une locution ou une suite de mots qu'on emploie pour désigner quelque chose (ou quelqu'un) qu'on aurait pu désigner à l'aide d'un seul mot. En désignant une réalité de façon différente, la périphrase permet d'éviter les répétitions de mots et de souligner une ou plusieurs des caractéristiques de la réalité qu'elle désigne.

 

Exemples :

 

- Le septième art (le cinéma)

- Le pays du soleil levant (le Japon)

- La capitale de la France (Paris)

- L'auteur des Rougon-Macquart (Émile Zola)

 

 

La périphrase n'est cependant pas toujours aussi neutre que dans les exemples précédents. Essentiellement descriptive et mettant l'accent sur certaines caractéristiques de la réalité qu'elle désigne, cette figure de style peut suggérer des connotations : elle peut ainsi embellir, atténuer ou déprécier cette réalité.

 

Exemples :

 

- Les miroirs de l'âme (les yeux)

- Le bas du dos (les fesses)

- Le plus vieux métier du monde (la prostitution)

- Le plancher des vaches (la terre)

- Ne pas avoir toute sa tête (être fou)

 

La périphrase fait souvent appel à d'autres figures de style pour désigner autrement une réalité : la métaphore, la métonymie et la synecdoque sont les figures les plus souvent utilisées dans les périphrases.

 

 

On emploie parfois le mot circonlocution comme synonyme de périphrase. Mais ce terme désigne souvent plus précisément une ou plusieurs phrases employées pour exprimer une idée qu'on aurait pu exprimer par une phrase plus brève. La circonlocution peut traduire un embarras, une gêne; un refus d'aborder directement un sujet; ou encore, comme dans la périphrase, un souci d'atténuer l'idée qu'on souhaite exprimer. Ainsi, le sens de la circonlocution est souvent obscur, imprécis : en fait, on évite la précision en noyant le sens de la phrase dans des formules lourdes.

 

Exemple :

 

- Nous avons l'honneur de vous informer que votre candidature, qui a retenu toute notre attention, ne figurera pas cette année parmi celles que nous considérons comme devant être réservées en priorité.

(On aurait dit plus simplement et plus clairement : Votre candidature n'a pas été retenue.)

 

 

Pour en savoir davantage sur cette figure, vous pouvez consulter les articles Périphrases désignant un lieu, Métaphore, Métonymie et Synecdoque.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : janvier 2018

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles