Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La rédaction et la communication
Figures de style > Figures jouant sur le sens



Prétérition

 

La prétérition, aussi appelée, prétermission et paralipse, est une figure de style qui consiste à dire qu’on ne parlera pas d’une chose, dont on parle tout de même.

 

Ce procédé est utilisé pour mettre en évidence une situation, une idée, un jugement dont on veut faire sentir l’importance. Il sert aussi à aller au devant d’objections possibles pour essayer de les désamorcer et à associer le public à nos propos.

 

Exemples :

 

- Si vous comptez sur moi pour vous révéler qu’il s’agit de trafic d’avions, vous vous trompez lourdement. (Hergé)

- Si j’étais malicieux, je vous dirais que la victoire de Pascal sur les jésuites, c’est de les avoir convertis. (F. Mauriac)

- Je ne vous ferai pas l’affront de vous rappeler que vous n’êtes pas invité à cette soirée.

- Un seul était en désaccord avec nous, monsieur Leblanc, pour ne pas le nommer.

- Je ne dirai pas qu’elle est orgueilleuse, mais elle aurait pu éviter ce conflit en agissant autrement.

 

La prétérition peut aussi prendre la forme d’une affirmation par laquelle on dit ne pas vouloir faire quelque chose que l’on fait tout de même.

 

Exemple :

 

- Je ne veux pas te démotiver, mais à quoi sert ton logiciel si personne ne l’utilise?

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : janvier 2018

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles