Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La rédaction et la communication
Figures de style > Figures touchant la construction de la phrase



Inversion

 

L'inversion est un procédé qui consiste à renverser l'ordre habituel des éléments d'une phrase sans que leur fonction grammaticale soit changée. Lorsqu'elle est employée comme figure de style, l'inversion est facultative, c'est-à-dire qu'elle n'est pas imposée par la syntaxe. Elle est notamment employée pour mettre l'accent sur l'élément déplacé ou, en poésie, pour répondre aux contraintes liées au rythme du langage poétique. Parmi les inversions possibles, il y a le déplacement du sujet après le verbe; de l'attribut avant le verbe; de l'adjectif avant le nom; et du complément avant le verbe ou le nom.

 

Exemples :

 

Claque le revolver des départs, et je tressaute. (Henry de Montherlant)

Vienne la nuit, sonne l'heure

  Les jours s'en vont, je demeure. (Apollinaire)

Merveilleuse était alors la forêt dans son étincellement d'argent. (Julien Gracq)

- Les cormorans qui vont comme de noirs crieurs. (Hugo)

- J'aime de vos longs yeux la lumière verdâtre. (Baudelaire)

 

 

L'inversion est d'abord de nature grammaticale. Par exemple, l’inversion du sujet et du verbe est obligatoire dans une interrogation ou dans une incise. Elle n'y est pas, ici, stylistique.

 

Exemples :

 

- N'as-tu pas honte?

- Je ne l'aime plus, déclara-t-elle.

 

 

Pour en savoir davantage, vous pouvez consulter l’article Chiasme.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : janvier 2018

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles