Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La rédaction et la communication
Figures de style > Figures jouant sur le sens



Personnification

 

La personnification est une figure de style qui consiste à attribuer des traits, des sentiments ou des comportements humains à une chose inanimée (objet, réalité géographique, etc.) ou à une abstraction (idée, sentiment, phénomène, etc.). Cette figure implique nécessairement un comparé inanimé et un comparant animé, exprimé par un nom, un adjectif, un verbe, etc. Il arrive parfois que l'objet personnifié (le comparé) soit marqué par une majuscule initiale, surtout lorsqu'il s’agit d’une abstraction. En rendant « humains » des objets et des réalités abstraites, la personnification les rapproche des lecteurs. Elle évoque également des images inhabituelles, irrationnelles, fantastiques.

 

Exemples :

 

- Les arbres font le gros dos sous la pluie. (J. Renard)

- Le crépuscule ami s'endort dans la vallée. (Vigny)

- L'enfance a des manières de voir, de penser, de sentir qui lui sont propres. (Rousseau)

- Nous vivons dans l'attente de ce que Demain apportera. (France)

- Un soir j'ai assis la Beauté sur mes genoux. – Et je l'ai trouvée amère. – Et je l'ai insultée. (Rimbaud)

 

 

La personnification peut également mettre en scène des animaux, soit comme comparés lorsqu'on leur attribue des traits spécifiques à l'espèce humaine, soit comme comparants si l'on met en valeur une de leurs caractéristiques.

 

Exemples :

 

- La vache qui rit. (Fromageries Bel) (vache est le comparé)

- L'ennui, araignée silencieuse, filait sa toile dans l'ombre. (Flaubert) (araignée est le comparant)

 

 

Lorsqu’elle présente une abstraction sous les traits d’un personnage, sans nécessairement l’encadrer dans un récit, la personnification peut également être appelée allégorie. C'est la nature des comparés qui distingue ces deux figures : pour créer une allégorie, il faut obligatoirement que le comparé soit de nature abstraite.

 

Exemple :

 

- Alors le chevalier Malheur s'est rapproché,

Il a mis pied à terre et sa main m'a touché. (Verlaine)

 

 

Pour en savoir plus sur l'allégorie, vous pouvez consulter l'article Allégorie. Pour en connaître davantage sur l'emploi de la majuscule dans les abstractions personnifiées, vous pouvez consulter l'article Allégories.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : janvier 2018

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles