Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Les anglicismes
Anglicismes phraséologiques



Coulé dans le béton

 

C'est sous l'influence de l'expression anglaise set ou cast in concrete qu'on emploie familièrement au Québec coulé dans le béton (ou, plus rarement, coulé dans le ciment) pour qualifier quelque chose de définitif ou d’irréversible.

 

Dans un registre plus neutre, on privilégiera la locution gravé ou inscrit dans le marbre, ou tout simplement on aura recours, selon le contexte, à des adjectifs comme décidé, arrêté, définitif, figé, fixé, réglé, immuable, irrémédiable, irrévocable, irréversible ou inattaquable.

 

Exemples :

 

- Le lancement doit avoir lieu le 19, mais rien n'est encore coulé dans le béton.

- Sa nomination n'est qu'une rumeur; ce n'est pas coulé dans le béton.

- La décision du comité est coulée dans le béton.

- Ils se sont assurés que l'entente entre les deux parties est coulée dans le béton.

- Le contrat qui les lie semble coulé dans le béton.

 

 

On dira autrement :

 

- Le lancement doit avoir lieu le 19, mais rien n'est encore définitif.

- Sa nomination n'est qu'une rumeur; ce n'est pas réglé.

- La décision du comité est irrévocable.

- Ils se sont assurés que l'entente entre les deux parties est irréversible.

- Le contrat qui les lie semble inattaquable.

 

 

Dans le registre familier, on peut aussi employer le nom béton et la locution en béton de manière adjectivale pour qualifier quelque chose de solide, de sûr, d’inattaquable.

 

Exemples :

 

- C'est un argument en béton.

- Son alibi était béton.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles