Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Les anglicismes
Anglicismes phraséologiques



Sonner une cloche

 

En français, sonner une cloche n'a qu'un seul sens, son sens littéral, celui de « faire retentir le son d'une cloche ».

 

Exemples :

 

- Dis à Denis de sonner la cloche, c'est l'heure.

- À l’école, la surveillante sonnait la cloche à la fin de la récréation.

 

 

Certains emploient sonner une cloche avec le sens figuré d'« évoquer, rappeler quelque chose ». Cette expression, calquée sur l'anglais to ring a bell, est peu parlante en français et on peut la remplacer facilement par diverses tournures : dire ou rappeler quelque chose, évoquer quelque chose ou encore avoir déjà entendu (ou lu, ou vu) quelque part, par exemple.

 

Exemples fautifs :

 

- Ce nom sonne une cloche. Qui est-ce?

- Ce titre de film lui sonnait une cloche, mais il n'était pas sûr de l'avoir vu.

- Cette chanson sonne une cloche, mais je ne sais pas où je l'ai entendue.

 

On dira plutôt :

 

- Ce nom me dit quelque chose. Qui est-ce?

- Ce titre de film lui rappelait quelque chose, mais il n'était pas sûr de l'avoir vu.

- J'ai déjà entendu cette chanson quelque part, mais où?

 

 

Le nom cloche figure dans quelques expressions qui, elles, sont tout à fait françaises : sonner les cloches à quelqu'un, expression qui signifie « réprimander rigoureusement quelqu'un », et son de cloche, qui signifie « opinion ».

 

Exemples :

 

- Richard devra sonner les cloches à sa fille, qui est rentrée plus tard que prévu.

- Vincent m’a donné un autre son de cloche : il a adoré ce spectacle, lui.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles