Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




L'orthographe
Problèmes liés aux consonnes



M devant m, b et p

 

Du point de vue phonétique, le français compte quatre voyelles nasales (ou sons nasaux) : [8] (in), [2] (an), [7] (on) et [6] (un). À l’écrit, ces quatre voyelles sont transcrites par une ou deux voyelles graphiques (a, e, i, o, u, y) suivies d'un n : par exemple : pin, pain, plein, lent, rang, paon, long, brun, synthèse. Ce n, qui n'est pas prononcé, sauf en cas de liaison, représente le caractère nasal de la voyelle qui précède.

 

Exemples :

 

- Frédéric aime chanter. [S2té] (chan-té)

- Le pain de cette boulangerie est particulièrement bon. [p8] (pin)

 

 

Dans l'orthographe d'un mot, lorsqu'une voyelle nasale est immédiatement suivie d'un m, d'un b ou d'un p, on utilise un m plutôt qu'un n pour représenter le caractère nasal de la voyelle. Cette règle s'applique également lorsque la voyelle nasale est suivie d'un b ou d'un p muet.

 

Exemples :

 

- Il lisait dans sa chambre lorsque l'ampoule de la lampe a brûlé.

- N'oublie pas d'apposer un timbre sur l'enveloppe, c'est important.

- On aurait dit un coup de cymbale.

- Maryse a toujours été une personne humble.

- Rachel et son compagnon ont préféré s'asseoir à l'ombre.

- Julie aurait aimé passer plus de temps au camp de vacances.

- L'ami de Martin n'a pas beaucoup de plomb dans la tête.

 

 

Il y a certaines exceptions à cette règle. Bon et main conservent leur n lorsqu'ils entrent dans la formation d'un nom composé. On écrit donc bonbon, bonbonnière, embonpoint, mainmise et, dans la langue juridique, mainmorte. On écrit aussi perlimpinpin et néanmoins. Notons qu'on peut cependant écrire bonbonne ou bombonne.

 

Exemples :

 

- Justine et ses amis sont allés au dépanneur pour acheter des bonbons.

- Louis sait qu'il a une certaine tendance à l'embonpoint, alors il surveille son alimentation.

- Aline est à la retraite, mais elle est néanmoins très occupée.

 

 

La règle faisant qu'on écrit m plutôt que n devant m, b et p est d'origine phonétique. Les lettres m, b et p représentent les consonnes labiales du français [m] [b] [p], que l’on prononce toutes les trois en serrant les lèvres ensemble. La consonne [n], elle, n'est pas une labiale. Historiquement, devant une labiale, la consonne nasale [n] tendait à s'assimiler à la consonne suivante; elle se transformait donc en [m], consonne labiale et nasale. Cette assimilation remonte au latin : par exemple, le mot latin à l'origine du mot français ombre est umbra, dans lequel on prononçait le m. Aujourd'hui, le m n'est pratiquement plus qu'une marque graphique de nasalité devant m, b et p, puisqu'il n'est généralement plus prononcé.

 

La prononciation du [m] persiste cependant dans certains mots qui commencent par imm‑. Les lettres imm- sont prononcées [im] (i-m) ou [imm] (im-m), sans voyelle nasale, dans des mots qui se prononçaient déjà ainsi en latin. Le m est parfois alors doublé, c'est-à-dire qu'il est plus long qu'à l'habitude. Mais dans d’autres mots, les lettres imm- sont prononcées [8m] (in-m); le premier m représente alors le caractère nasal de la voyelle précédente. Il s’agit de mots formés en français avec im-, variante graphique du préfixe in-.

 

Exemples :

 

- Rébecca travaille dans cet immeuble. [im(m)4bl] (i(m)-meubl)

- À mes yeux, cet acte est immoral. [i(m)mORal] (i(m)-mo-ral)

- Ce plat est immangeable. [8m2Gabl] (in-man-jabl)

- Il va pleuvoir, c'est immanquable. [8m2kabl] (in-man-kabl)

 

 

Par ailleurs, le son [7] (on) est parfois transcrit om plutôt que on sans qu'il soit suivi d'un m, d'un b ou d'un p. Le m permet alors de distinguer des homophones. C'est le cas dans nom (homophone de non) et dans ses dérivés, ainsi que dans comte (homophone de conte et de compte), comtesse (forme féminine de comte) et comté (homophone de conté et compté).

 

Exemples :

 

- Je ne me souviens jamais de son prénom.

- Le fromage préféré de Jasmin est le comté.

 

 

Pour pouvoir visualiser la transcription en alphabet phonétique international (API), qui apparaît entre crochets, vous devez avoir la police de caractères API TLFQ. Vous pouvez la télécharger sur notre site en cliquant ici. Pour vous familiariser avec les symboles de l'API utilisés dans la BDL ainsi qu'avec la phonétique, vous pouvez consulter les articles Alphabet phonétique international, Les voyelles, Articulation des voyelles et Articulation des consonnes.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles