Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Les anglicismes
Anglicismes sémantiques



Se faire carter

 

L'expression se faire carter (ou le verbe carter) s’est principalement répandue au Québec, dans la langue des jeunes, pour exprimer le fait de se faire demander des cartes d'identité lorsque l’accès à un service ou l’achat d’un produit requiert d’avoir atteint un âge minimal. C’est le cas notamment dans les bars, les casinos, les cinémas ou lors de l'achat d'alcool, de cigarettes, de billets de loterie, etc. Cette expression est d'ailleurs souvent empreinte d'une connotation négative puisqu'elle est surtout employée par des jeunes qui craignent ou se sentent offusqués de se faire demander leur carte. Qu’elle se soit répandue dans l'usage sous l'influence de l'anglais to card (somebody), « exiger de voir les cartes d'identité de quelqu’un », ou simplement en raison de sa concision, cette expression appartient à la langue orale et familière. On pourra notamment la remplacer par des expressions comme : se faire demander ses cartes (d'identité) ou exiger de voir la carte (d'identité) de quelqu'un.

 

Exemples :

 

- Pierre s'est fait carter par le portier du bar.

- À ce cinéma, on carte tous les jeunes qui veulent voir des films dont l'âge du public cible est restreint.

- Malgré ses 27 ans, Sophie a l'air si jeune qu'elle se fait souvent carter lorsqu'elle achète de l'alcool.

 

On dira plutôt :

 

- Pierre s'est fait demander une carte d'identité par le portier du bar.

- À ce cinéma, on exige de voir les cartes d'identité de tous les jeunes qui veulent voir des films dont l'âge du public cible est restreint.

- Malgré ses 27 ans, Sophie a l'air si jeune qu'elle se fait souvent demander ses cartes lorsqu'elle achète de l'alcool.

 

 

Se faire carter et carter sont aussi parfois utilisés dans la langue courante ou administrative dans des contextes où l'on doit présenter des cartes d'identité, notamment pour exercer son droit de vote ou pour obtenir ou renouveler un permis de conduire ou un passeport. Ces emplois peuvent également être remplacés par des expressions comme : se faire demander ses cartes (d'identité) ou exiger de voir la carte (d'identité) de quelqu'un.

 

Exemples :

 

- On te cartera au bureau de vote.

- Tous les agents doivent carter les usagers avant de traiter leur demande.

 

On dira plutôt :

 

- On te demandera une carte d'identité au bureau de vote.

- Tous les agents doivent exiger de voir les cartes d'identité des usagers avant de traiter leur demande.

 

 

Signalons enfin que le verbe carter existe en français mais avec un sens tout à fait différent, celui de « présenter de petits objets sur une carte », par exemple : carter des boutons, carter du fil.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles