Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La rédaction et la communication
Féminisation et rédaction épicène > Formation de noms féminins



L'emploi de « homme » et de « femme »

 

La variation masculin-féminin est parfois exprimée en français par des paires lexicales, par exemple : homme et femme, confrère et consœur, fille et garçon, monsieur et madame. Contrairement aux noms féminins et masculins construits avec un suffixe qui marque l’alternance du genre, la variation est ici purement lexicale et touche l’intégralité du nom. La féminisation d’un nom qui comporte un de ces noms masculins se fait en utilisant le nom féminin correspondant. On aura par exemple :

 

 

Nom masculin

Nom féminin

 

Un monsieur de compagnie

 

Une dame de compagnie

Un garçon boucher

Une fille bouchère

Un garçon d’honneur

Une fille d’honneur

Un homme-grenouille

Une femme-grenouille

Un homme d’affaires

Une femme d’affaires

Un homme de loi

Une femme de loi

 

 

 

Par ailleurs, le procédé de formation qui consiste à ajouter le nom femme à une appellation au masculin, par exemple femme ingénieur ou femme médecin, n’est pas retenu puisqu’il empêche l’emploi d’une forme féminine proprement dite ou l’emploi au féminin d’une forme épicène. De plus, l’ajout de femme à un nom masculin développe inutilement une autre série d’appellations, par exemple femme préfet parallèlement à préfète.

 

Exemples :

 

- L’ingénieure que vous venez d’embaucher est extrêmement compétente. (et non : la femme ingénieur)

- Une médecin québécoise a participé à la lutte contre ce virus. (et non : une femme médecin)

 

 

Néanmoins, si, pour un nom épicène employé dans un contexte au pluriel, on veut indiquer clairement que les personnes dont on parle sont des femmes ou des hommes (car les déterminants pluriel les et des ne peuvent pas l’indiquer), on peut faire précéder le nom épicène de femmes ou de hommes. Dans ce cas, le nom épicène est en apposition. Les deux mots ne sont donc pas liés par un trait d’union et tous deux prennent un s.

 

Exemples :

 

- Cette étude porte sur la conciliation travail-famille chez les femmes médecins.

- Les hommes cadres dans notre entreprise constituent un pourcentage élevé du personnel dirigeant.

 

 

Signalons également que le nom homme se trouve traditionnellement dans les expressions année-homme et droits de l’homme. Dans une perspective de rédaction épicène, on remplacera le mot homme par le mot personne, ces expressions devenant alors année-personne et droits de la personne.

 

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : janvier 2018

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles