Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La rédaction et la communication
Féminisation et rédaction épicène > Formation de noms féminins



Les noms en -eur et en -eure

 

Les noms dont le masculin se termine en -eur sont nombreux et d'origine diverse, et pour cette raison, il existe plusieurs formes féminines correspondantes. Les formes masculines en -eur passeront à la forme en -euse ou en -eure, ou encore à la forme en -teuse ou -trice, selon le cas.

 

Historiquement, les seules dénominations en -eur qui ont un féminin en -eure sont des noms issus de mots latins avec une finale en -(i)or et exprimant une comparaison : inférieur, inférieure; supérieur, supérieure; mineur, mineure; prieur, prieure. Ces féminins en -eure ont servi de modèles à la création de nouvelles formes.

 

Certains noms masculins en -eur viennent directement de noms latins en -or auxquels aucune forme féminine latine ne correspondait. Pour pallier l’absence de noms féminins et selon le procédé général de formation, on a créé de nouveaux féminins par l’ajout du e muet au nom masculin. On remarque que ces noms ne sont pas dérivés directement d’un verbe, contrairement à ceux d’alternance -eur, -euse comme danseur et danseuse qui sont dérivés du verbe danser. On aura par exemple :

 

 

Nom masculin

Nom féminin

 

Un assesseur

 

Une assesseure

Un censeur

Une censeure

Un gouverneur

Un ingénieur

Un intercesseur

Un oppresseur

Une gouverneure

Une ingénieure

Une intercesseure

Une oppresseure

Un possesseur

Un précurseur

Une possesseure

Une précurseure

Un prédécesseur

Une prédécesseure

Un professeur

Une professeure

Un proviseur

Une proviseure

Un successeur

Une successeure

 

 

 

Dans certains cas, la forme féminine en -eure a été retenue par l’usage au détriment de la forme attendue. C’est le cas de réviseure, le féminin de réviseur retenu en plus de la forme réviseuse que l’on obtient à partir du verbe réviser. De même, le titre ingénieuse formé à partir de la forme masculine ingénieur ne s’est pas implanté, sans doute à cause de l’emploi de ce mot comme adjectif, et la forme ingénieure est maintenant en usage.

 

Il est à noter que le nom gouverneure se trouve également dans les formes composées lieutenante-gouverneure et gouverneure générale.

 

Enfin, le e final des noms en -eure étant muet, on évitera de le prononcer indûment pour souligner que l’on parle d’une femme.

 

 

Pour en savoir davantage, vous pouvez consulter les articles Les noms en -eur et en -euse, Les noms en -teur et en -teuse, Les noms en -teur et en -trice et Les noms féminins en -eure.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : janvier 2018

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles