Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La rédaction et la communication
Féminisation et rédaction épicène > Formation de noms féminins



- Comment former des noms féminins?

 

Le principe général de formation du féminin en français est l’ajout d’un e muet au nom masculin. L’ajout de ce e entraîne souvent des changements dans la syllabe finale du nom selon la consonne finale de la forme masculine. Le français dispose en fait de différents modèles d’alternance du masculin et du féminin, par exemple : -ant, -ante; -er, -ère; -eur, -euse; -en, -enne. Ces modèles résultent de l’évolution du français et reposent sur le caractère systématique de la langue. Pour former un nouveau nom féminin, il convient donc de choisir le modèle approprié. Il faut également tenir compte des considérations suivantes :

 

·         De nombreux féminins de formation régulière font partie depuis longtemps du lexique français et ils ne doivent pas être mis en concurrence avec de nouvelles formes créées inutilement. Il faut donc employer les formes usuelles déjà existantes; on aura par exemple comme féminin de directeur, directrice et non directeure.

 

·         De même, étant donné que, pour certains noms qui n’avaient pas de féminin, plusieurs formes féminines auraient pu être acceptables, il ne faut pas retenir une forme autre que celle dont l’usage est maintenant fixé, par exemple professeuse qui concurrencerait inutilement professeure.

 

·         Les noms composés avec le mot femme ne sont pas retenus. Cette façon de faire est jugée peu efficace pour donner à la forme féminine un statut égal à la forme masculine qui, elle, n’est pas composée avec homme; on dira ainsi une ingénieure et non une femme ingénieur. Ce mode de formation doit être réservé à des noms qui comportent en soi le mot homme; par exemple, homme-grenouille a pour féminin femme-grenouille.

 

·         Certains titres ou certaines désignations de personnes sont des mots qui ont plus d’un sens; on parle alors de polysémie. Ainsi, le mot débardeur désigne aussi bien une personne qu’un vêtement, le mot cuisinière peut désigner une personne ou un appareil électroménager et le mot secrétaire évoque à la fois un meuble et une personne. Dans la grande majorité des cas, la polysémie n’empêche pas de développer un nouvel emploi.

 

·         La péjoration attachée à un autre sens du mot peut parfois donner une coloration négative à un nouvel emploi de ce mot; par exemple le nom camelote, qui désigne de la marchandise de mauvaise qualité, est aussi la forme féminine régulière de camelot.

 

·         Enfin, n’oublions pas que les féminins d’usage récent, comme tous les mots nouveaux, sont parfois perçus comme insolites. Le plus souvent, ces impressions s’estompent et une nouvelle habitude langagière s’installe petit à petit.

 

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : janvier 2018

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles