Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Le vocabulaire
Nuances sémantiques



Macabre et morbide

 

Les adjectifs macabre et morbide sont souvent confondus, car ils se réfèrent chacun à des idées que l’on associe naturellement, la mort et la maladie respectivement.

 

Macabre qualifie ce qui a trait aux morts ou ce qui évoque le côté sinistre, funèbre, noir et lugubre de la mort. Par extension de sens, il peut aussi être employé pour caractériser ce qui est triste ou sinistre.

 

Exemples :

 

- Stéphane a fait une macabre découverte dans son garage; son chat y gisait, mort.

- Maryse aime choquer son entourage par ses plaisanteries macabres de mauvais goût.

- La directrice est d’une humeur macabre aujourd’hui.

 

L’expression danse macabre fait d’ailleurs référence à une représentation allégorique de la Mort entraînant dans une ronde des personnes de toutes conditions sociales.

 

 

Quant à l’adjectif morbide, il ne qualifie pas ce qui concerne la mort, mais bien ce qui est relatif à la maladie. Il peut aussi être associé à un dérèglement psychique, ou encore à ce qui flatte les goûts maladifs, malsains, pervers, ou simplement à ce qui est jugé anormal.

 

Exemples :

 

- Sa fille présente des symptômes morbides.

- Il a une imagination morbide.

- Voilà une littérature bien morbide!

 

Quant à l’expression obésité morbide, utilisée en médecine, elle désigne l’état d’une personne qui court un risque élevé de développer divers problèmes de santé, et non une maladie mortelle en soi.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : novembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles