Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La syntaxe
La négation et la restriction



Ne employé seul

 

L’adverbe de négation ne est généralement employé en relation avec un autre mot de négation (adverbe, déterminant ou pronom indéfini). Toutefois, dans certains contextes, il est utilisé seul. C’est notamment le cas avec quelques locutions figées, par exemple : qu’à cela ne tienne, n’avoir de cesse, ne dire mot, il n’importe, on ne peut plus, on ne peut moins, on ne peut mieux, etc.

 

Exemples :

 

- Nous sommes en retard! – Qu’à cela ne tienne, je termine d’abord la lecture de cet article.

- Il n’a de cesse de trouver des commanditaires pour financer son projet.

- Louise était on ne peut plus heureuse de retrouver sa famille après un si long voyage.

- Ne vous en déplaise, vous n’êtes pas le seul à avoir raison.

 

 

Par ailleurs, lorsqu’on utilise ne… que, dans le sens de « seulement », on omet l’adverbe pas, à moins de vouloir nier ce qui est lié à ne… que. Par contre, avec la formulation interrogative que… ne, qui exprime le regret, le ne s’emploie toujours seul.

 

Exemples :

 

- Pour ce grand-père, il n’y a que ses petits-enfants qui comptent. (qui s’oppose à : Pour ce grand-père, il n’y a pas que ses petits-enfants qui comptent; il y a aussi sa femme.)

- Que n’ai-je pris l’autobus au lieu de ma voiture!

 

 

Lorsque le pronom qui est le sujet d’une interrogation de forme négative, mais dont le sens est positif, on emploie aussi ne sans autre adverbe de négation. Par contre, si qui est le complément du verbe ou si l’interrogation est réellement négative, il est alors nécessaire d’utiliser la négation complète ne… pas.

 

Exemples :

 

- Qui ne souhaiterait en faire autant pour sa communauté?

- Qui ne rêve de devenir célèbre un jour?

- Qui n’a-t-il pas encore rencontré? (et non Qui n’a-t-il encore rencontré?)

- Qui ne viendra pas faire du ski dimanche? (et non Qui ne viendra faire du ski dimanche?)

 

 

L’adverbe ne est aussi employé seul dans les subordonnées subjonctives qui dépendent d’une principale négative.

 

Exemples :

 

- Il n’est pas de vérité qui ne soit bonne à dire.

- Il n’y a pas une seule des filles de sa classe qui ne soit méprisante à son égard.

 

 

Finalement, ne s’utilise sans autre adverbe de négation dans la tournure ne savoir que + infinitif et lorsqu’il est utilisé avec autre, en position d’attribut, devant que. Toutefois, avec la formulation d’autres… que, on peut choisir d’employer ne ou ne… pas.

 

Exemples :

 

- Alexandre ne savait que répondre à cette proposition.

- Il sait que cette jeune fille n’est autre que la nièce du président.

- Une fois dans l’avion, le parachute sur le dos, il n’y a d’autre choix que de sauter. (ou Une fois dans l’avion, le parachute sur le dos, il n’y a pas d’autre choix que de sauter.)

 

 

Pour en savoir davantage sur l’adverbe de négation ne, vous pouvez consulter les articles Ne pouvant être employé seul, Ne… que et Ne explétif.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles