Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La syntaxe
Les prépositions > Préposition après un verbe



Vivre

 

Devrait-on dire vivre de ses rentes ou vivre sur ses rentes? On constate un certain flottement dans l’usage, du moins dans les ouvrages plus anciens. Aujourd’hui, il semble y avoir consensus chez les auteurs de dictionnaires ou d’ouvrages de difficultés : on emploie de si l’idée de revenus domine, alors que la préposition sur exprime plutôt celle de prélèvements.

 

Exemples :

 

- Après toutes ces années, elle arrive enfin à vivre de son travail.

- Aujourd’hui, ils peuvent vivre uniquement des revenus de leurs placements en bourse.

- Après avoir travaillé dur toute leur vie, ils aspirent à vivre paisiblement de leurs rentes.

- Le pauvre homme vit sur ses maigres économies.

- Des mauvaises langues disent qu’il vit sur la fortune de sa femme.

- Leurs enfants ont pu vivre sur cet héritage inattendu sans s’inquiéter de leur avenir.

 

 

Par ailleurs, on vit de quelque chose qui permet d’assurer notre subsistance, au propre comme au figuré.

 

Exemples :

 

- Cette mère a appris à vivre de peu pour élever sa famille.

- Les Amérindiens vivaient de chasse et de pêche.

- Le film présente de jeunes tourtereaux vivant d’amour et d’eau fraîche.

- Elle a vécu d’espoir toute sa vie.

- On vivait de l’air du temps et on était heureux.

 

 

Au figuré, on vit sur quelque chose si on se contente de se laisser porter par cette chose.

 

Exemples :

 

- C’est un établissement qui vit sur sa réputation de meilleure table de la région.

- Ce financier vit sur une réputation surfaite dans le monde des affaires.

 

 

Enfin, vivre peut s’employer avec d’autres prépositions selon les contextes. Ainsi, on peut vivre dans un autre monde, dans la nature, dans la peur, dans la honte, dans le doute, dans l’ignorance, dans le luxe, dans le péché ou simplement dans le présent. On peut aussi vivre pour son travail, pour manger, pour la gloire ou ne vivre que pour ses enfants; vivre sans amour, sans but; vivre sous la dictature, sous la domination de quelqu’un; vivre à sa guise, à l’aise ou aux dépens de quelqu’un. Enfin, on peut aussi vivre avec quelqu’un, avec ses parents ou avec ses soucis; vivre en province, en famille, en ermite ou en paix.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles