Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La syntaxe
La négation et la restriction



Rien

 

Le pronom indéfini rien est particulier. Dans bien des cas, il a une valeur négative, mais dans d’autres, une valeur positive. À l’origine, il signifiait simplement « quelque chose, quoi que ce soit ». On trouve toujours ce sens positif dans certains contextes, particulièrement dans des phrases interrogatives ou hypothétiques; rien est alors employé sans ne.

 

Exemples :

 

- Avez-vous rien compris à ce roman?

- Y a-t-il rien de plus ridicule que cette robe?

- Élodie fut incapable de rien dire devant un tel compliment.

 

 

Toujours dans le sens de « quelque chose, quoi que ce soit », rien peut être placé après sans, sans que, avant de et avant que, ainsi qu’après certains verbes à valeur négative, comme refuser et empêcher.

 

Exemples :

 

- Il a quitté l’assemblée sans que rien puisse le retenir.

- Le vin s’est répandu sur la nappe avant que personne ait rien pu faire.

- Malade, Sylvain refusa de rien manger au souper.

 

 

Cependant, avec le temps, le pronom rien a acquis une valeur négative, à laquelle il est généralement associé de nos jours. Il exprime alors l’idée de « nulle chose » et il est généralement accompagné de ne (ne… rien, rien… ne); dans certains cas particuliers, rien peut aussi être employé seul même s’il a une valeur négative.

 

Exemples :

 

- Rien ne me fera changer d’avis.

- Il n’a peur de rien.

- Votre famille ne compte-t-elle pour rien dans votre vie?

- Il est parti de rien, le voilà maintenant prospère.

- Et dire que tous ses beaux projets sont réduits à rien!

 

 

Notons enfin que la place de rien dans la phrase peut varier. Lorsque rien remplit une fonction de complément d’objet direct, on le place après le verbe d’un temps simple. Quand il est utilisé avec un verbe d’un temps composé, il s’insère généralement entre l’auxiliaire et le participe passé; toutefois, rien sera le plus souvent placé après le temps composé s’il est suivi d’un complément. Finalement, lorsque rien est complément d’un infinitif, il est placé avant le verbe. Dans ce dernier cas, rien peut être suivi ou précédé du pronom adverbial y.

 

Exemples :

 

- Il ne voit rien dans cette obscurité.

- Lise n’a rien mangé depuis deux jours.

- Alexandre n’a fait rien de plus que le ménage de sa chambre.

- C’est à n’y rien comprendre (ou ne rien y comprendre), il ne veut rien admettre!

 

 

Pour en apprendre davantage sur l’emploi du pronom indéfini rien, vous pouvez consulter l’article Expressions avec rien.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles