Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La syntaxe
Les prépositions > Préposition après un verbe



Se fâcher

 

À la forme pronominale, le verbe fâcher peut avoir deux sens. C'est le sens du verbe qui détermine quelle préposition on doit utiliser pour introduire un complément désignant une ou plusieurs personnes.

 

Lorsque se fâcher signifie « se mettre en colère » et qu'il est suivi d'un complément désignant une ou plusieurs personnes, ce complément est précédé de la préposition contre. On emploie aussi la préposition contre après des verbes dont le sens se rapproche de celui de se fâcher, comme s'emporter ou s'irriter.

 

Exemples :

 

- Martin s'est fâché contre Geneviève parce qu'elle est arrivée en retard à la réunion.

- Odette sait que sa mère se fâchera contre elle si elle désobéit.

- Marlène a tendance à s'emporter contre ceux qui ont une opinion différente de la sienne.

- Simon s'est irrité contre le policier, qui ne faisait que son travail.

 

 

Lorsque se fâcher signifie plutôt « se brouiller », c'est la préposition avec qui introduit le complément désignant une ou plusieurs personnes.

 

Exemples :

 

- Éléonore s'est fâchée avec sa sœur; elles ne se parlent pas depuis un mois.

- Marc et Yves étaient trop exigeants, alors j’ai fini par me fâcher avec eux.

 

 

Dans la langue neutre ou soutenue, on doit éviter d'employer la préposition après à la suite du verbe se fâcher, et ce, peu importe le sens de ce verbe. Cette préposition est considérée comme familière dans ce contexte.

 

Exemples :

 

- Henri a posé tellement de questions personnelles à Rébecca qu'elle a fini par se fâcher contre lui. (et non : se fâcher après lui)

- François s'est fâché avec la plupart de ses amis d'adolescence. (et non : François s'est fâché après la plupart de ses amis)

 

 

Le verbe se fâcher peut aussi être suivi des prépositions à, de ou pour. Contrairement à contre et avec, qui introduisent des compléments désignant des personnes, à, de et pour introduisent des compléments désignant ce qui est à l'origine de la colère.

 

Exemples :

 

- Louise s'est fâchée à l'idée de devoir recommencer son travail.

- Il n'est pas impossible que Philippe se fâche de la remarque de son collègue.

- Andrée se fâche pour des riens.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles