Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Le vocabulaire
Paronymes



Renforcer et renforcir

 

Sorti de l’usage en France, le verbe renforcir au sens de « rendre plus fort » a résisté plus longtemps au Québec à son concurrent renforcer. Renforcir a été usuel en français jusqu’au XVIe siècle, avant d’être évincé par la forme renforcer. Il s’est alors réfugié dans la langue populaire et s’est maintenu un peu plus longtemps dans certaines régions de France. Son emploi aujourd’hui est rare ou senti comme populaire en France.

 

Au Québec, renforcir, courant à l’époque de la colonisation en Nouvelle-France, s'est conservé jusqu’à aujourd’hui, mais son emploi est en recul. Si l’on ne peut considérer son emploi comme fautif, on peut juger préférable, selon les besoins du contexte, de recourir à des équivalents plus actuels, de registre neutre ou soutenu, comme renforcer ou fortifier, mais aussi à des expressions comme reprendre des forces; devenir plus fort, plus costaud; raffermir, tonifier, développer ses muscles ou muscler (son ventre, etc.).

 

Exemples :

 

- La physiothérapeute lui a conseillé de faire des exercices pour renforcer son dos.

- Ces exercices visent notamment à renforcer les abdominaux. (ou : à les raffermir, les tonifier, les développer)

- Le vaccin devrait renforcer son système immunitaire.

- On dit que le cresson fortifie l’organisme, ouvre l’appétit et favorise la digestion.

- Mon mari se remet doucement de sa maladie, il se sent plus fort de jour en jour.

- Il faut qu’il mange pour reprendre des forces.

 

Par ailleurs, dans le sens de « rendre plus solide », au propre comme au figuré, renforcir pourrait être remplacé par renforcer, mais aussi par des équivalents comme : consolider, étayer, soutenir, stabiliser. Signalons que le verbe solidifier n’est répertorié dans les dictionnaires qu’au sens de « devenir solide » en parlant d’une substance molle ou fluide, par exemple de l’eau qui se glace, du ciment qui durcit. On emploie parfois le verbe solidifier au sens de « rendre plus solide (une chaise, un mur, un toit, une structure, etc.) ». Dans cette famille lexicale, c’est le verbe consolider qui a ce sens (consolider une structure, un mur, une chaise, etc.) et non solidifier, dont l’emploi au Québec dans ce sens pourrait s’expliquer par une influence de l’anglais to solidify.

 

Exemples :

 

- La consommation de lait contribue à fortifier les os. (ou : à les rendre plus solides)

- Selon les inspecteurs, la structure de l’immeuble devra être renforcée.

- Cette chaise a grandement besoin d’être consolidée.

- L’acquisition d’une usine aux États-Unis renforce la position de l’entreprise québécoise sur le marché mondial.

 

De la même manière, le substantif renforcissement, dérivé de renforcir, peut être remplacé par l’équivalent renforcement ou d’autres plus appropriés, selon le contexte.

 

Exemples :

 

- L’exercice physique contribue au renforcement des os.

- Les ouvriers travaillent à la consolidation du mur de soutènement. (ou : au renforcement)

- Des chefs d’entreprise demandent un renforcement des règles. (ou : un resserrement)

- Une diminution des taux d’intérêt conjuguée au renforcement (ou : à la hausse) du dollar américain explique la baisse du dollar canadien.

 

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : novembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles