Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Les anglicismes
Anglicismes sémantiques



Ajourner

 

En français, le verbe ajourner signifie « remettre à une date ultérieure, différer ». Bien qu’il soit particulièrement utilisé dans le domaine juridique ainsi que dans les assemblées délibérantes, il peut aussi s’employer dans des contextes de la vie courante.

 

Exemples :

 

- En raison de la tempête, les procès de la journée ont dû être ajournés.

- La réunion des membres du conseil d’administration a été ajournée au 16 janvier.

- Il n’a pas oublié son rêve, il en a seulement ajourné la réalisation.

 

 

Sous l’influence de l’anglais to adjourn, le verbe ajourner est parfois employé à tort dans le sens de « faire une pause » ou de « mettre fin » à un procès, une réunion, une séance, etc. Pour éviter cet anglicisme sémantique, on pourra utiliser suspendre, lever ou clore selon le contexte.

 

Exemples fautifs :

 

- Après un an d’audiences, le juge a pu enfin ajourner le procès.

- L’assemblée générale a été ajournée pour deux heures afin de permettre à tous d’aller manger.

- On a ajourné la séance à 21 h 30.

 

On écrira plutôt :

 

- Après un an d’audiences, le juge a pu enfin clore le procès.

- L’assemblée générale a été suspendue pour deux heures afin de permettre à tous d’aller manger.

- On a levé la séance à 21 h 30.

 

 

Pour en apprendre davantage, vous pouvez consulter l’article Ajourner à plus tard.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles