Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Le vocabulaire
Pléonasmes



Ajourner à plus tard

 

On emploie parfois l’expression ajourner à plus tard pour indiquer qu’une réunion, une décision, un procès est remis à un autre moment. Toutefois, il s’agit d’un pléonasme qu’il vaut généralement mieux éviter. En effet, le verbe ajourner signifie « remettre, reporter à une date ultérieure, différer » et à plus tard répète l’idée de date ultérieure. Selon les contextes, ajourner sera suivi ou non de l'indication de l’échéance, qui peut être déterminée ou indéterminée.

 

 

Exemples fautifs :

 

- Le procès des motards a été ajourné à plus tard par le juge.

- Le président de l’Assemblée nationale a ajourné à plus tard le débat sur l’environnement.

- Nous avons ajourné à plus tard notre dîner de retrouvailles.

 

On pourra dire :

 

- Le procès des motards a été ajourné à une date indéterminée par le juge.

- Le président de l’Assemblée nationale a ajourné le débat sur l’environnement.

- Nous avons ajourné notre dîner de retrouvailles à lundi.

 

 

Cependant, on peut dire ajourner à bien plus tard. Dans ce cas, on tient à exprimer un degré d’intensité, une gradation par rapport au temps en utilisant l’adverbe bien. Cela rend donc normal, sinon inévitable l’emploi de la locution à plus tard.

 

Exemple :

 

- Les plaidoyers sont remis au mois prochain et la décision du juge est ajournée à bien plus tard.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles