Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Le vocabulaire
Paronymes



Écaille et écale

 

On doit éviter de confondre les noms écaille et écale. Même si leurs prononciations se ressemblent, ces deux noms ont aujourd’hui des sens bien différents.

 

Le nom écaille a plusieurs sens. Généralement employé au pluriel, il désigne chacune des plaques recouvrant le corps de certains poissons et reptiles, ou les pattes de certains oiseaux. Au singulier, écaille désigne aussi la matière provenant de la carapace de tortues de mer, qui est utilisée pour la confection de divers objets. Une parcelle qui se détache d'une surface est aussi appelée écaille.

 

Exemples :

 

- Les écailles des poissons que nous avions pêchés resplendissaient au soleil.

- Thomas a dessiné un dragon aux écailles rouges et mauves.

- Ses nouvelles lunettes à monture d’écaille lui vont très bien.

- Il y a des écailles de peinture partout sur le sol.

 

Écaille désigne quelques autres concepts : chacune des feuilles qui enveloppent le bourgeon ou le bulbe de certains végétaux, par exemple les cônes du sapin; chacune des minuscules plaquettes brillantes des ailes des papillons; et chacune des lamelles de métal de certaines armures. On l’emploie parfois aussi en parlant de chacune des deux parties de la coquille d'un mollusque, un sens toutefois vieilli auquel on préfère généralement coquille, s’il s’agit des deux parties, ou valve, s’il s’agit d'une seule des deux parties.

 

 

Le nom écale, lui, désigne l'enveloppe qui recouvre la coque de certains fruits tels que les noix, les noisettes, les amandes et les châtaignes. Son paronyme écaille a déjà, lui aussi, désigné cette enveloppe, mais ce sens est aujourd'hui vieux. De même, on n’utilise plus guère écale pour désigner la cosse de certaines légumineuses (les haricots, les fèves et les pois) ou la coquille des œufs.

 

Exemples :

 

- Pauline a laissé tomber des écales de noisettes sur la table.

- L'écale des noix protège leur coque.

 

 

Les verbes écailler et écaler ont eux aussi des sens différents, basés sur ceux des noms à partir desquels ils ont été formés. On écaille des poissons, c’est-à-dire qu’on les dépouille de leurs écailles, et on écaille des huîtres, c’est-à-dire qu’on les ouvre. À la forme pronominale, s’écailler signifie « se détacher d'une surface par parcelles ».

 

Exemples :

 

- Il est plus commode d’écailler les poissons sous l’eau courante.

- Je n’ai pas le bon couteau pour écailler ces huîtres.

- Le vernis de la table s'écaille par endroits.

 

 

Le verbe écaler signifie plutôt « enlever l'écale de »; lorsqu'il est question de noix, il est synonyme de décortiquer. Ce verbe s’emploie correctement dans le sens d’« enlever la coquille d’un œuf », même si écale au sens de « coquille d’œuf » n’est plus en usage. Cependant, il vaut mieux éviter d'employer écaler dans le sens d'« écosser » lorsqu'il est question de légumineuses.

 

Exemples :

 

- Ces amandes sont écalées.

- On a chargé Sandra d'écaler les œufs durs.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles