Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La typographie
Majuscules > Emploi de la majuscule pour des types de dénominations



Surnoms et appellations métonymiques

 

En règle générale, on met une majuscule aux mots qui caractérisent un surnom (nom ajouté ou substitué à un prénom ou à un patronyme) ou une appellation métonymique, tels les noms et les adjectifs, et on utilise la minuscule pour les articles ou les mots grammaticaux, comme les prépositions. Les surnoms et les appellations métonymiques sont toujours écrits en romain, et non en italique, et il est possible de les insérer entre guillemets, particulièrement lorsqu'ils sont peu connus et qu'ils n'apparaissent pas fréquemment dans un texte. 

 

Exemples :

 

Guillaume le Conquérant

- Alexandre le Grand

Ivan le Terrible

Jean sans Terre

Frédéric Barberousse

- Richard Cœur de Lion

- Monsieur Tout-le-Monde (ou : M. Tout-le-Monde)

- les Filles du roi

- les Pères de la Confédération

- les Casques bleus

 

On emploie également la majuscule initiale pour les mots simples utilisés comme surnoms. L'article qui les précède prend toutefois la minuscule.

 

Exemples :

 

- Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière

- le Conquérant

- le Libérateur

- l'Incorruptible

 

 

Quant aux surnoms qui sont composés d'un nom et d'un adjectif épithète, on met toujours la majuscule initiale au nom et à l'adjectif qui le précède. Certains ouvrages emploient la majuscule pour l'adjectif même lorsqu'il est placé après le nom, car ils considèrent que cet adjectif est un élément caractéristique au même titre que le nom.

 

Exemples :

 

- la Grande Catherine

- le Grand Timonier

- le Chevalier sauvage (ou : le Chevalier Sauvage)

- le Prince noir (ou : le Prince Noir)

 

 

Si le surnom est composé d'un nom suivi d'une préposition et d'un complément du nom, on met généralement la majuscule uniquement au premier nom de l'appellation. Toutefois, il est également possible d'écrire le premier nom avec une minuscule si l'on considère qu'il est employé comme générique; dans ce cas, on met la majuscule au complément employé comme spécifique.

 

Exemples :

 

- la Pucelle d'Orléans (ou : la pucelle d'Orléans)

- la Dame de fer (ou : la dame de Fer)

- le Faiseur de rois

- la Planche à roulettes

 

 

Lorsqu'un surnom correspond à une expression plus complexe, on utilise la majuscule initiale seulement au premier mot de l’appellation. Par ailleurs, on écrit en minuscules les mots qui forment des épithètes poétiques ou des périphrases, sauf les noms propres, puisqu'elles ne sont pas considérées comme des surnoms.

 

Exemples :

 

- la Princesse aux escarpins de velours

Berthe au grand pied

- la première dame des États-Unis

- la belle verte (la planète Terre)

- la planète rouge (Mars)

 

 

Enfin, on notera que les mots qui forment les surnoms sont rarement liés par un trait d'union. Parmi les rares cas figurent surtout des surnoms composés de deux noms juxtaposés ou d'un nom déjà formé avec un trait d'union.

 

Exemples :

 

- le Roi-Soleil

- le Prince-Président

- le Bien-Aimé (pour Louis le Bien-Aimé)

 

 

Pour en apprendre davantage sur la majuscule dans les noms de personnages, vous pouvez consulter l'article Personnages.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : janvier 2018

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles