Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La grammaire
Le verbe > Conjugaison



Asseoir

 

Employer le verbe asseoir peut parfois paraître bien compliqué. D’abord l’infinitif : la plupart des dictionnaires ont conservé la graphie asseoir malgré la proposition contenue dans la liste des rectifications de l’orthographe (R.O.) qui recommande de supprimer l’« anomalie » du e muet au profit de la graphie assoir (il en va de même pour surseoir et rasseoir, qu’on propose d’écrire sursoir et rassoir). Ce e muet dans asseoir peut sembler d’autant plus superflu qu’il n’est généralement pas conservé dans la conjugaison (sauf par quelques auteurs); ainsi, on écrit je m’assois et non je m’asseois. Mais le poids de la tradition pèse encore lourd et les lexicographes semblent réticents à adopter cette nouvelle graphie à l’infinitif. Retenons quand même que les deux formes asseoir et assoir sont aujourd’hui admises.

 

Pour la conjugaison, deux modèles sont possibles : je m’assieds ou je m’assois. Si nous avons le choix de la forme pour la plupart des temps simples (sauf au passé simple et à l’imparfait du subjonctif, où il n’y a qu’une forme possible), on constate cependant que le sens (propre ou figuré) peut commander plutôt une forme que l’autre. Au sens propre, les ouvrages de référence donnent le choix des deux radicaux. On observe toutefois que la France préfère la forme je m’assieds (prononcé « assié »), alors qu’au Québec, je m’assois est plus courant.

 

En revanche, dans des emplois figurés où asseoir (ou assoir) a généralement le sens de « fonder, établir », le radical assoi- est privilégié peu importe l’aire géographique: On assoit (de préférence à assied) une entreprise, une réputation, etc.

 

Au Québec, un autre radical, assi-, est encore largement répandu. Par exemple, le présent de l’indicatif est souvent conjugué : je m’assis, tu t’assis, … ils s’assisent et à l’impératif, on entend les formes assis-toi, assisons-nous, assisez-vous. Si ce radical n’est plus admis dans l’usage neutre ou soigné actuel en français, ce ne fut pas toujours le cas cependant. Cette conjugaison correspondait à un infinitif assire, du latin *assidere, contrairement à asseoir qui remonterait à une forme *assedere. Assire est consigné dans les dictionnaires de moyen français et on en trouve de nombreuses attestations chez les grands auteurs du XVIe siècle. On peut citer, entre autres, Ronsard : Où fuis-tu, mon Angelette…? Assy-toy sur mes genoux; Rabelais : Si en cest habit je m’assys à table, je boiray, par dieu, et à toy et à ton cheval; ou encore La Bruyère : il s’assit, il se repose, il est chez soi. L’hésitation entre ce radical et les formes actuelles du verbe avait d’ailleurs fait l’objet de discussions à l’Académie française du temps de Vaugelas. Comme ce flottement dans l’usage avait cours à l’époque de la colonisation de la Nouvelle-France, cela explique que les Canadiens, dont les ancêtres quittèrent la France au même moment, aient conservé aussi vivant cet usage aujourd’hui senti comme étant nettement populaire en France.

 

Exemples :

 

- Il m’a invité à m’asseoir (ou m’assoir, selon les R.O.) à sa table.

- Assois-toi droit! (ou assieds-toi, mais non assis-toi)

- Assoyez-vous en attendant son retour. (ou asseyez-vous, mais non assisez-vous)

- Je m’assoirais bien un peu avant de continuer. (m’assiérais est possible mais rare)

- L’entreprise assoit (de préférence à assied, qui est possible mais plus rare dans les sens figurés) sa réputation sur la qualité de son service.

- La mère assoit (ou assied, mais non assit) son enfant sur ses genoux.

- Les jeunes s’assoyaient (ou s’asseyaient, mais non s’assisaient) par terre.

- C’est en s’assoyant (ou s’asseyant, mais non s’assisant) sur la chaise qu’il a remarqué le luxe de l’endroit.

 

 

Pour en savoir davantage, vous pouvez consulter le tableau de conjugaison dans l’article Conjugaison du verbe asseoir.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles