Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Le vocabulaire
Nuances sémantiques



Dédoublement et chevauchement

 

Lorsqu'on parle de deux choses ou de deux concepts qui se ressemblent, on peut avoir tendance à confondre les noms dédoublement et chevauchement.

 

Le nom dédoublement désigne le fait, pour une chose concrète ou abstraite, d'être divisée en deux parties. On l'emploie donc pour désigner un processus par lequel on obtient deux choses à partir d’une seule.

 

Exemples :

 

- Le dédoublement de cette classe de 36 élèves fera qu'il y aura deux classes de 18 élèves.

- Ariane est fascinée par le dédoublement de ses ongles.

- Michel a peur de souffrir d'un dédoublement de personnalité.

 

 

Le nom chevauchement désigne l'état de deux choses qui se recouvrent partiellement, qui empiètent l'une sur l'autre. On peut donc l'employer pour parler de choses qui partagent, en partie, un même espace ou un même moment, ou encore de choses qui sont en partie semblables.

 

Exemples :

 

- Le chevauchement des lettres rend ce texte pratiquement illisible.

- En raison du chevauchement des deux conférences, je n'ai pu assister qu'à une seule d'entre elles.

- En plus de ne pas être rentable, le chevauchement des tâches est souvent source de conflits au travail.

 

 

On doit éviter de confondre les noms dédoublement et chevauchement avec double emploi, qui désigne plutôt une répétition inutile, une chose répondant à un besoin qui est déjà comblé.

 

Exemples :

 

- Cet auteur a publié quelques livres intéressants, mais ces deux-là font double emploi.

- J'ai acheté une nouvelle table. L'ancienne faisant double emploi avec la nouvelle, je l'ai donnée à ma sœur.

 

 

On doit aussi éviter de confondre les verbes correspondant aux noms dédoublement et chevauchement. Le verbe dédoubler peut signifier « diviser une chose en deux parties distinctes », alors que le verbe chevaucher signifie « se recouvrir partiellement, empiéter l'un sur l'autre ». Dans ce sens, le verbe chevaucher peut être intransitif (c'est-à-dire qu'on l'emploie sans complément direct) ou pronominal (se chevaucher).

 

Exemples :

 

- Il y avait tellement de monde qu'on a dû dédoubler le train, un seul ne suffisant pas pour accommoder tous les passagers..

- Amélie s'amusait à dédoubler des brins de laine.

- Les tuiles de ce toit chevauchent.

- Francis devra faire un choix, les deux activités qui l’intéressent se chevauchent.

 

 

Pour en savoir davantage, vous pouvez consulter l’article Dédoubler et redoubler.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : novembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles