Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




L'orthographe
Homophones lexicaux



Philtre et filtre

 

Le mot philtre désigne un breuvage possédant des vertus particulières, notamment celle d’inspirer l’amour. Son homonyme, filtre, désigne quant à lui un dispositif (tissu, papier, instrument, etc.) à travers lequel on fait passer un fluide pour en retirer les particules solides ou qui sert à arrêter certaines ondes. Le nom filtre est employé dans de nombreux termes techniques, comme filtre solaire, filtre acoustique, cigarette avec filtre, et également dans des emplois figurés, par exemple le filtre de la pensée.

 

Mais si, aujourd’hui, les deux graphies philtre et filtre renvoient à des réalités bien distinctes, il n’en a pas toujours été ainsi. Le mot philtre, du latin philtrum, lui-même issu du grec, est attesté en français depuis la fin du XIVsiècle; les dictionnaires l’ont longtemps recensé avec les deux graphies (jusqu’au Dictionnaire de l’Académie de 1932). La graphie filtre au sens de « philtre » se trouve d’ailleurs sous la plume de nombreux auteurs de cette époque. Quant à l’autre filtre, issu du latin filtrum, il est apparu plus tard en français, au XVIe siècle, et n’a jamais été orthographié autrement qu’avec un f.

 

Exemples :

 

- L’auteur raconta aux enfants une histoire où il était question de fée, de philtre d’amour et de prince charmant.

- Elle commanda un café filtre.

- L’utilisation d’un filtre réduit de beaucoup l’émission des particules dans l’air.

- La nouvelle version du navigateur Internet comprend un filtre contre les sites d’hameçonnage.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles