Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




L'orthographe
Cas particuliers liés à l'orthographe



Fantasme ou phantasme

 

La graphie usuelle du mot est fantasme, mais on le trouve parfois encore écrit phantasme bien que les ouvrages de référence présentent cette dernière graphie comme vieillie, sinon disparue.

 

L’initiale ph- vient de ce que le mot est entré en français au XIIe siècle par la voie d’un emprunt au latin impérial (Ier et IIe siècles de notre ère), phantasma, forme qui était elle-même une transposition du mot grec qui signifiait « apparition, vision » (la graphie avec ph correspondait à une prononciation aspirée en grec).

 

Le terme fantasme s’est répandu dans l’usage au XXe siècle, notamment par l’emploi qu’on en a fait en psychanalyse (il traduit ce que Freud a nommé en allemand Phantasie). Certains ont voulu associer des sens différents aux deux graphies (phantasme et fantasme), mais cette distinction n’a pas été retenue de manière générale en français.

 

Exemples :

 

- Il a eu tôt fait de retomber dans ses mêmes vieux fantasmes.

- Les théories de Freud ont largement contribué à répandre le mot fantasme dans l’usage.

- Les fantasmes traduiraient des désirs plus ou moins refoulés.

- Cela suscite des discussions qui alimentent les fantasmes.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles